Topos versant espagnol

  • Accueil
  • > Cepeda au Naranjo de Bulnes

6 octobre, 2015

Cepeda au Naranjo de Bulnes

Classé dans : — topospyreneens @ 14:27

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Cordillère Cantabrique, Picos de Europa,

Pico Urriellu ou Naranjo de Bulnes (2519 m), face Est,

« Cepeda » TD-/350 m

Grande classique et itinéraire le plus parcouru de la face Est. Il s’agit d’une très élégante manière de gravir ce monument des Picos de Europa. Il n’y a absolument rien à jeter.

Cepeda

Première ascension : Le 21 septembre 1955 par Maria Jesus Aldecoa, Jaime Cepeda et Pedro Udaondo.

Accès voiture : De Panes, suivre l’AS-114 jusqu’à Las Arenas. Prendre à gauche l’AS-264 puis la CA-1 en direction de Sotres. Dans l’épingle juste avant d’arriver dans ce village, prendre une piste à droite. A la première bifurcation, prendre à droite, continuer jusqu’au bout de la piste (parking) un peu en dessous du col Vallejo.

Il est également possible de se garer à Fuente Dé et prendre le téléphérique.

Accès pédestre : L’accès au refuge Urriellu se fait sans problème en 2 heures de marche sur un excellent sentier balisé. Du refuge, prendre une bonne sente qui descend en direction d’une profonde dépression, le couloir Cépéda. Remonter ce couloir dans des éboulis, quand la face Est est bien en vue, en rejoindre la base par des gradins faciles. L’attaque se situe à gauche d’un « Y » caractéristique au niveau d’une franche fissure. Compter 1 heure du refuge.

Descente : Revenir sur ses pas en suivant l’arête facile et désescalader (II/III) le couloir en face Sud emprunté à la montée. En traversant légèrement vers la gauche en bas du couloir, on trouve facilement le premier relais de rappel sur chaine, 4 à 5 rappels amènent au pied de la face Sud où un bon sentier ramène à l’itinéraire de montée dans le couloir Cépéda. Compter 2 heures de descente jusqu’au refuge.

Itinéraire :

L1 : Remonter intégralement la fissure, une courte traversée à droite à son sommet amène à R1 sur 2 pitons.

L2 : Traverser à droite jusqu’à une lunule puis monter droit dans des cannelures en visant le bas d’une cheminée (2 pitons). S’engager dans celle-ci sur quelques mètres. Relais sur 1 piton et 1 lunule.

L3 : Remonter la cheminée d’abord raide (1 piton) puis qui se transforme en dièdre plus facile. Relais au-dessus sur 2 pitons.

L4 : Monter droit en direction d’une lunule, traverser légèrement à gauche pour atteindre le pied d’un dièdre. Le suivre sur quelques mètres et le quitter lorsqu’il part à gauche pour sortir dans un mur raide (lunule) puis une dalle. Relais sur 2 pitons sur une bonne vire.

L5 : Traverser à droite jusqu’à un dièdre dont on remonte les premiers mètres. Lorsqu’il devient plus raide, le quitter par la droite pour atteindre une dépression que l’on suit entièrement. Elle s’infléchit vers la gauche jusqu’à un relais chaîné (rappels possibles), longueur de 60 mètres.

L6 : On se trouve sous une énorme niche. Monter en ascendance à gauche pour franchir le bord gauche de la niche (lunule visible du relais). Continuer en ascendance à gauche jusqu’à un mur plus raide que l’on gravit à gauche d’un léger surplomb. Un petit pas à droite mène au relais sur 2 pitons dissimulés.

L7 : remonter intégralement la cheminée légèrement à gauche du relais jusqu’à une dalle cannelée (un piton au pied de la dalle). La franchir jusqu’à une petite vire que l’on suit vers la droite jusqu’au relais sur 3 pitons.

L8 : Franchir le petit mur au-dessus du relais (une lunule, 1 spit et un coinceur coincé). C’est le passage le plus dur de la voie mais également le moins obligatoire, il fait 4 mètres, le rocher y est un peu usé. Une courte cheminée au-dessus amène à une fenêtre étroite qui permet de prendre pied dans le versant Sud. Relais sur gougeons. On est alors tout près des rappels de descente.

On rejoint alors le haut de la voie normale qui se parcourt les anneaux à la main. Du dernier relais, traverser horizontalement vers la gauche jusqu’à la base d’une cheminée (II/III) qui permet de rejoindre la crête sommitale que l’on suit sans difficulté jusqu’au sommet.

Difficultés : TD-, V+ max., V oblig., l’itinéraire est assez facile à suivre. Il ne faut pas négliger la relative exposition de certains passages difficiles à protéger.

Equipement : La voie est presqu’entièrement déséquipée, on ne rencontre que quelques vieux pitons dans les passages clés. Tous les relais sont en place sur pitons.

Matériel : 10 dégaines, sangles, friends petits et moyens jusqu’au Camalot N°2, coinceurs. Encordement à 60 mètres bienvenu.

Hauteur de la voie : 350 mètres.

Altitude sommet : 2519 mètres.

Horaire : 3 heure 30 pour la voie.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Media Basket |
Avenir Sportif de Kasserine |
rastafariteam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | il court il court l'échassi...
| Comité Départemental de Spé...
| Qi Gong et arts internes de...