Topos versant espagnol

  • Accueil
  • > Diedro Mastumbon au Turbon

10 août, 2015

Diedro Mastumbon au Turbon

Classé dans : — topospyreneens @ 10:34

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Aragon, Ribagorza, massif du Turbon,

Pena Roia, face Ouest,

Diedro Mastumbon, 6a+ max. V+ oblig./230 m

Sentiment mitigé au retour de cette voie, nous l’avions choisi pour notre première visite sur cette paroi étant donné qu’il s’agit de la voie la plus classique. Il y a moyen de se faire plaisir dans la mesure où l’on apprécie l’escalade en cheminée à l’ancienne. Malgré tout, le rocher demande de l’attention dans beaucoup de sections. Nous l’avons parcouru après de fortes pluies, du coup pas quelques passages nous ont paru sales : terre, graviers sur les vires. Quelques très beaux passages tout de même viennent redonner de l’intérêt à la voie. L’escalade en cheminées et l’orientation Ouest permettent au parcours même en été.

15-08-09 Diedro Mastumbon au Turbon

Première ascension : Xavi Teixido et Jordi Marmolejo en 1995. Rééquipée par la variante de la première longueur (elle passait dans un dièdre à droite de la dalle en 6a+) en 2008 par Jordi Marmolejo, Miquel Urbano et Sergi Ricart.

Accès voiture : Le plus simple en venant de France est d’emprunter la N230 jusqu’à Vilaller. Quelques kilomètres au Sud, prendre à droite vers Casteron de Sos, et rapidement à gauche vers Graus (A1605). On passe le village de Bonansa et le col du même nom. Après l’embranchement de Pardinella, prendre à droite vers Campo (V-9401). Avant d’arriver à Campo, prendre à droite vers Llert. Quand le village est en vue et avant de traverser la rivière, prendre à droite une piste, à la première bifurcation prendre à droite. A la bifurcation suivante, prendre à nouveau à droite une piste horizontale en plus ou moins bon état. La suivre sur 700 mètres jusqu’à son terminus. La Pena Roia est bien visible.

Accès pédestre : Suivre le sentier qui démarre du parking, après une trentaine de mètres il se divise, prendre la branche de gauche (cairns, l’autre branche est balisée en blanc et jaune et part à l’horizontale à droite). Suivre cette bonne sente jusqu’au pied de la paroi, une vire aérienne facile amène à une grotte de bivouac. La voie débute 30 mètres plus loin dans une petite dalle moussue (1 goujon visible). « Un mundo sin fin » démarre juste à droite (nombreux goujons dans un mur raide).

Descente : En 5 rappels dans la voie, tous les relais sont sur goujons et spits avec anneaux. Attention aux chutes de petits cailloux en tirant la corde. Le dernier rappel doit faire plus de 50 mètres.

Difficultés : 6a+ max, V+ obligatoire. A part la première longueur, l’escalade se déroule en cheminées.

Equipement : La voie est semi-équipée sur goujons et pitons. Toutes les zones fissurées sont vierges, laissant une bonne part à l’autoprotection.

Matériel : 12 dégaines (dont des longues) un jeu de coinceurs, un jeu de friends dont les micro jusqu’au camalot n°2, sangles. Rappel de 60 mètres.

Hauteur de la voie : 230 mètres pour 5 longueurs.

Itinéraire :

L1 : remonter la petite dalle moussue (V+), traverser une zone herbeuse puis le dièdre en ascendance à droite (V). A sa sortie, partir à gauche dans une dalle équipée qui se redresse (6a+).

L2 : Monter de quelques mètres puis traverser à droite au-dessus d’un bloc au niveau d’un goujon (V+). Continuer tout droit dans une zone peu raide en rocher moyen (V, 3 pitons). Entrer dans la cheminée que l’on gravit sur une dizaine de mètres (IV).

L3 : Escalader le beau-dièdre cheminée (V+, 2 goujons à la sortie). En sortir par la gauche, une zone peu définie (1 piton) amène au pie d’une cheminée que l’on remonte (IV+).

L4 : Remonter la profonde cheminée (V, 1 piton à la sortie) puis un dièdre par son bord droit. La cheminée devient encombrée par la végétation, faire un crochet par la gauche (IV+, lunule, 1 piton) pour la contourner. Continuer par la profonde cheminée soit au fond soit sur son bord droit.

L5 : Droit au-dessus du relais par quelques mètres retords (6a, 1 goujon), puis le mur au-dessus (V, 1 piton, 1 goujon). On arrive sur une petite terrasse, continuer par le beau mur cannelé au-dessus légèrement vers la gauche (IV+).

Horaire : 3 à 4 heures.

Topo : « Escalada junto el rio Esera », tome 2, de Luis Alfonso.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Media Basket |
Avenir Sportif de Kasserine |
rastafariteam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | il court il court l'échassi...
| Comité Départemental de Spé...
| Qi Gong et arts internes de...