Topos versant espagnol

  • Accueil
  • > Eperon des français à la Pena Vieja

6 octobre, 2015

Eperon des français à la Pena Vieja

Classé dans : — topospyreneens @ 15:55

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Cordillère Cantabrique, Picos de Europa,

Pena Vieja (2513 m), face Sud-est,

« éperon des français » TD-/1000 m

Grande classique et itinéraire d’envergure où il ne faudra pas perdre trop de temps pour rester dans des horaires convenables.

DSC05477_Fotor copy

Première ascension : Le 18 août 1967 par Forn et Trouvé.

Accès voiture : De Panes, suivre la N-621 jusqu’à Potes en traversant le défilé de la Hermida. Prendre à droite la CA-185 en direction de Fuente Dé. Au village d’Espinama, prendre à droite une piste qui mène au refuge-hôtel d’Aliva (panneaux), parking. La piste est en bon état mais nécessite une voiture suffisamment haute.

Accès pédestre : L’éperon est bien visible du parking. Continuer la piste jusqu’à ce qu’elle passe à l’aplomb de l’éperon. Un court pierrier amène au pied d’une bande de rocher orangé juste à droite du fil de l’éperon (45 minutes).

Il est également possible de partir du téléphérique de Fuente Dé, le temps d’approche est similaire.

Descente : Sur le versant opposé, d’abord par une sente dans du terrain raide puis un excellent sentier, on gagne le col de Canalona où l’on bascule au Nord pour rejoindre la piste qui ramène à l’arrivée du téléphérique. En partant à gauche on rejoint le refuge d’Aliva. Deux heures du sommet à la voiture.

Itinéraire : Remonter sur 80 mètres les rochers orangés (II/III) jusqu’au pied d’une cheminée dont on franchit les premiers mètres (IV) avant d’en sortir par la droite, on trouve un piton de relais 10 mètres au-dessus. Traverser à gauche dans des dalles grises (IV, 1 piton), continuer en ascendance à gauche en croisant un relais sur 2 pitons, pour arriver sur le fil de l’éperon (1 piton). Désescalader sur le versant opposé pour rejoindre un dièdre lisse (IV) en ascendance à gauche. Continuer dans le dièdre à gauche du fil de l’éperon en faisant un petit crochet à gauche dans la dalle au-dessus d’une zone herbeuse (III/IV). Revenir à droite par une rampe horizontale (II) au-dessus du « dado » (gros bloc accolé bien visible du bas). On rejoint à cet endroit le fil de l’éperon au niveau d’une bonne terrasse (2 pitons).

Gravir le fil de l’éperon (IV, 1 lunule) puis le dièdre à droite qui revient sur le fil (V, béquet). Continuer dans le dièdre dont les premiers mètres sont raides (V, 2 pitons). Après 20 mètres dans le dièdre revenir à droite sur le fil sur de bonnes prises jusqu’à un relais sur 2 pitons. Franchir le petit mur déversant au-dessus (V, 1 piton). Une zone plus facile amène au pied d’un gendarme que l’on contourne par la droite (IV). Franchir un mur raide en se tenant à droite du fil (2 pitons au départ) pour rejoindre une fissure-dièdre que l’on quitte rapidement pour utiliser les cannelures à sa droite (V). rejoindre à droite une petite cheminée au pied d’une dalle. Remonter la dalle d’abord vers le gauche (V, 2 pitons), les 10 derniers sont exposés et permettent de rejoindre une zone raide de blocs. Gravir le dièdre au-dessus (III+) pour gagner une zone plus facile. On arrive alors au pied de deux petits gendarmes caractéristiques que l’on contourne par la droite (1 piton au départ puis une lunule entre les deux, III). On gagne ainsi une profonde brèche qui marque la fin des difficultés.

Suivre alors un profond couloir d’éboulis en ascendance à droite (II) jusqu’à une crête que l’on suit jusqu’au sommet (itinéraire parfois délicat, quelques cairns). On croise 3 brèches qui peuvent se désescalader ou se descendre en rappels (anneaux). Cette dernière partie n’est pas à négliger et peut facilement faire perdre du temps.

Difficultés : TD-, V+ max., V oblig., l’itinéraire n’est pas toujours évident dans la première partie jusqu’au « Dado » et sur la crête finale, la partie médiane qui suit l’éperon est plus évidente. Il ne faut pas négliger la relative exposition de certains passages difficiles à protéger et l’ampleur de la voie (il n’est pas rare que des cordées soient obligées de bivouaquer).

Equipement : La voie est presqu’entièrement déséquipée, on ne rencontre que quelques vieux pitons dans les passages clés. On trouve quelques relais sur pitons, les autres sont à monter sur friends.

Matériel : 10 dégaines, sangles, friends petits et moyens jusqu’au Camalot N°2, coinceurs. Encordement à 60 mètres bienvenu 

Hauteur de la voie : 1000 mètres.

Altitude sommet : 2513 mètres.

Horaire : Entre 6 et 8 heures.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Media Basket |
Avenir Sportif de Kasserine |
rastafariteam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | il court il court l'échassi...
| Comité Départemental de Spé...
| Qi Gong et arts internes de...