Topos versant espagnol

  • Accueil
  • > Recherche : relais escalade

12 octobre, 2018

Astérix à Olvena (07 octobre 2018)

Classé dans : — topospyreneens @ 10:27

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Aragon, vallée du rio Sera, village d’Olvena,

paroi del santo Cristo, face Sud-Ouest,

Astérix 6a (5+ obig) / 160 m

Après un départ un peu commun durant les deux premières longueurs qui recherchent malgré tout les meilleurs passages et le plus beau rocher, l’escalade devient ensuite vraiment très belle et intéressante sur un calcaire raide à bonnes prises. A faire sans hésiter.

18-10-07 Astérix à Olvena

Première ascension : Jesus Lasus et Jorge Valle en 1984. La voie a subi plusieurs rééquipements et est désormais entièrement équipée.

Accès voiture : Le profond défilé où se niche le village d’Olvena est situé à peu près à égale distance des villes de Graus et Barbastro dans la vallée du rio Esera. En venant de Graus prendre la direction de Barbastro, la route passe rive gauche en entrant dans les gorges. Environ 3 kilomètres plus loin, remarquer, perché rive droite, le village de Olvena. La paroi del Santo Cristo se situe juste dessous. Se garer le long de la nationale à l’entrée d’un tunnel (tunnel n°5, panneau indiquant le pont romain).

Accès pédestre : Suivre le sentier qui passe à l’extérieur du tunnel. Traverser le rio sur l’impressionnant pont romain puis prendre le sentier qui part à gauche, la voie débute imméditement à l’aplomb du dièdre caractéristique de L4(5 minutes). On atteint R0 par 10 mètres d’escalade facile.

Descente : Du dernier relais, suivre un vague éperon (quelques points) qui amène à la via ferrata. La suivre vers la gauche. On arrive rapidement au-dessus du village d’Olvena. A l’entrée de celui-ci, suivre le sentier qui descend à droite (GR, panneaux) jusqu’à la voiture (30 minutes).

Difficultés : 6a max, 5+ obligatoire. L’escalade, plutôt raide sur bonnes prises laisse la place à quelques fissures dans L4.

Equipement : La voie est presque entièrement équipée sur scellements, goujons, spits et quelques pitons.

Matériel : 12 dégaines (dont des longues) plus les relais, les camalots n°0.75 et 1 sont utiles dans le haut.

Hauteur de la voie :160 mètres pour 4 ou 5 longueurs.

Horaire : 2 heures pour la voie.

Topo : « Escaladas junto al Esera », volume 2, de Luis Alfonso.

11 octobre, 2018

Chooper + Chooperior aux malles de Riglos

Classé dans : — topospyreneens @ 9:48

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Aragon, mallos de Siglos,

Mallo Pison,

Chooper + Chooperior

6c/ 280 m

Magnifique escalade qui suit l’éperon Est du Pison où il pourra faire très chaud. Bien qu’il s’agisse de deux voies ouvertes à des dates différentes, l’enchaînement est d’une grande logique et il serait dommage de se priver de la partie haute Chooperior. Les cotations sont plutôt de type bloc, on trouvera un peu d’engagement dans ces voies.

18-10-02 Chhoper + Chooperior

Accès voiture :Les Riglos se trouvent à 12 kilomètres au Nord de Ayerbe et 50 kilomètres au Sud de Jaca. Une petite route permet de rejoindre le village où l’on se gare sur le parking récemment aménagé en face du refuge de Riglos.

Accès pédestre : Du parking, remonter le village par la rue qui démarre juste en face de l’auberge (fontaine). Un chemin débute juste à droite de l’église, il part à flanc vers la gauche jusqu’au pied de l’éperon (10 minutes). L’escalade débute sur le flanc gauche de l’éperon. Il s’agit de la voie la plus à droite du Pison.

Descente : En rappels. Du sommet du Pison, suivre le câble qui amène au premier relais de rappel. Deux rappels de 35 m, versant Est, amènent à un col. Un câble amène à un nouveau rappel de 30 m. Nouveau câble vers la gauche, rappel de 30 m. On est alors dans une profonde cheminée où s’enchaînent câbles et rappels, le plus long fait 35 m.

Itinéraire : Aucun problème d’itinéraire, il suffit de suivre les gougeons.

Difficultés : 6c (6b oblig.). Escalade typique des lieux, les pas les plus durs consistent à franchir les panzas.

Equipement : La voie est entièrement équipée sur goujons aux relais et dans les longueurs.

Matériel : 14 dégaines dont quelques longues + les relais.

Hauteur de la voie : 280 mètres pour 8 longueurs.

Horaire : 4 à 5 heures.

Topo :Riglos vertical de Miguel Carasol et Chema Agustin.

10 octobre, 2018

Voie normale du Puro à Riglos (03 octobre 2018)

Classé dans : — topospyreneens @ 10:59

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Aragon, Mallos de Reglos,

Massif du Mallo Pison,

Voie normale du Puro, 6b (5+ oblig) / 180 m

On ne gravit pas cette voie pour son escalade mais plutôt pour aller se dresser au sommet de ce fier monolithe bien visible depuis le village de Riglos. La grimpe, bien que se déroulant sur un rocher un peu usé, n’en reste pas moins intéressante et variée, tout d’abord en cheminée, les trois dernières longueurs sont plus extérieures et typiques de Riglos avec le franchissement de quelques Pansas. Les deux premiers tiers de la voie sont à l’ombre le matin et en font donc une voie envisageable en été.

18-10-03 VN Puro

Accès voiture : Les Riglos se trouvent à 12 kilomètres au Nord de Ayerbe et 50 kilomètres au Sud de Jaca. Une petite route permet de rejoindre le village où l’on se gare sur le parking récemment aménagé en face du refuge de Riglos.

Accès pédestre : Du parking, continuer sur la route du village en passant devant l’auberge et toujours vers l’Ouest, sans monter vers les parois gagner une piste carossable que l’on suit à l’horizontale jusqu’au pied du Puro. La vois débute au niveau d’un site de voies sportives au niveau d’une grotte. La première longueur est caractéristique, elle suit une cheminée aux prises sombres (5 minutes).

Descente : En rappels, du sommet suivre le câble qui mène à un premier relais de rappel entre le Pison et le Puro. Deux rappels de 30 m amènent à R5. Deux rappels supplémentaires conduisent à un câble que l’on suit jusqu’à son extrémité. Encore 3 rappels à droite de la cheminée de départ déposent au pied de la voie..

Itinéraire : Aucun problème d’itinéraire.

Difficultés : 6b (5+ oblig.). Escalade en cheminée “à l’ancienne” au début puis plus extérieure et athlétique ensuite.

Equipement : La voie est bien équipée sur goujons aux relais et dans les longueurs.

Matériel : 12 dégaines dont quelques longues + les relais. Les friends ne sont pas indispensables mais il est possible d’en poser.

Hauteur de la voie : 180 mètres pour 9 longueurs.

Horaire : 3 à 4 heures.

Topo : Riglos vertical de Miguel Carasol et Cheman Agustin.

9 octobre, 2018

Cistus Albidus à Montrebei (Aragon), 01 octobre 2018

Classé dans : — topospyreneens @ 21:05

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Montrebei, paroi d’Aragon,

Cistus Albidus, 6a (5+ oblig.) / 470 m.

Un peu à l’image de sa proche voisine « Santiago Domingo », il s’agit d’un voyage sinueux qui cherche les faiblesses de la paroi pour parvenir au sommet sans rencontrer de grosses difficultés. Elle est par contre un peu plus soutenue. La première partie n’est pas très enthousiasmante, il faut aller chercher plus haut le meilleur rocher et le plaisir de s’insinuer au milieu des toits rouges du haut de la paroi. Les trois dernières longueurs sont vraiment un régal et le cheminement très astucieux.

18-11-01 Cistus Albidus

Première ascension : Emilio Albir, Joan Badia, Jordi Lalueza et Josep E. Paul en 1983. Rééquipée en 2010 par Sidarta Gallego et Luis Alfonso.

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert puis Puente de Montanana. Poursuivre sur la N230, à environ 10 km prendre à gauche vers Viacamp puis le piste vers Montfalco que l’on suit sur une dizaine de kilomètres. Se garer sur un petit parking à droite (place pour 3 voitures) en face d’une piste en mauvais état qui part sur la gauche (panneau en bois indiquant Montfalco à 3 kilomètres).

Accès pédestre : Prendre la piste en mauvais état qui part en face du parking, elle est rapidement fermée par une chaîne. Dans la première courbe à droite, quitter la piste pour prendre à gauche une sente assez bien marquée et très bien cairnée qui monte plus ou moins directement vers la paroi. On vient buter sur la falaise que l’on suit vers la droite d’abord en ascendance puis en descente le long de la paroi. Le départ de la voie se situe à l’aplomb de grands toits rouges, « CA » gravé. Compter 1 heure de la voiture.

Description des longueurs :

L1 : 4+/50 m. Partir au-dessus de l’inscription CA, franchir deux vires pour gagner une fissure en ascendance à droite que l’on suit. Lorsqu’elle se perd, continuer vers un arbuste derrière lequel on trouve le relais sur deux pitons.

L2 : 4/40 m. Franchir le dièdre peu marqué à gauche pour arriver sur une vire que l’on suit vers la gauche (1 spit) jusqu’à un relais sur une lunule et un piton.

L3 : 6a/40 m. En ascendance à gauche vers une écaille visible du relais. Gravir le mur à gauche (2 pitons, 2 spits), puis en ascendance à droite jusqu’à un relais sur deux pitons.

L4 : 4+/30 m. En ascendance vers la droite en direction de la base d’un dièdre (1 spit). Relais au pied du dièdre à côté d’un gros bloc, 1 piton en place à renforcer.

L5 : 5/35 m. Partir à droite du gros bloc et gravir la dalle en ascendance à droite (2 pitons) en direction d’un arbuste à partir duquel on repart à gauche. Passer un relais et continuer à suivre la vire vers la gauche jusqu’au pied d’un dièdre. Relais sur friends.

L6 : 5+/30 m. Gravir le dièdre peu visible du relais (3 pitons), passer le relais sous le toit (peu confortable) et continuer en franchissant le toit par la gauche. En sortir à droite et faire relais sur un genévrier et un piton.

. L7 : 5/45 m. Remonter une fissure (2 pitons) jusque sous un toit, traverser à droite jusqu’au pied d’une belle fissure que l’on gravit en dulfer. R7 sur une vire, 1 spit.

L8 : II/20 m. Suivre la vire vers la gauche, relais sur un spit.

L9 : III/40 m. Continuer à suivre la vire herbeuse vers la gauche. Relais sur un arbre.

L10 : 5/35 m. En ascendance à gauche, peu défini, succession de petits dièdres et de vires. Relais sur une vire, 1 spit et 1 piton. Possibilité de s’échapper vers la sortie de Santiago Domingo.

L11 : 6a/35 m. Dans l’axe du relais en gravissant un dièdre orangé peu marqué. On trouve un piton à son sommet, traverser en légère descente vers la droite jusqu’à dièdre bien marqué que l’on gravit jusqu’à une niche. Relais sur 2 spits.

L12 : 5/30 m. En traversée à droite toujours en légère ascendance (1 piton, 1 spit), traverser une énorme écaille décollée. Relais sur deux spits.

L13 : 5+/35 m. Gravir la fissure large dans l’axe du relais jusqu’à un gros genévrier qui aide à franchir un mur raide. Un dernier petit mur à droite d’un surplomb donne accès au sommet. Relais sur arbre.

Descente : A pied, du sommet de la voie, monter vers le sommet à gauche en suivant le bord de la falaise (sente peu marquée, quelques cairns). Au sommet, on trouve un signal géodésique où l’on rejoint un meilleur sentier très bien balisé en jaune et blanc. Le suivre jusqu’à un col où l’on trouve un panneau en bois indiquant Estall. Prendre le bon sentier plein Sud qui descend vers ce village. On le quitte à mi-pente pour prendre un sentier qui part à gauche (cairns) et qui ramène au parking. (1 heure à 1 heure 30 jusqu’à la voiture).

Difficultés : 6a max, 5+ oblig. Les longueurs les plus soutenues sont les trois dernières plus raides en dièdres et fissures. La voie se protège très bien sauf dans les zones faciles parfois un peu engagées.

Equipement : La voie est peu équipée, presque tous les relais sont en place, parfois à renforcer et certains à monter sur friends. On trouve quelques pitons, spits et goujons de passage.

Matériel : 10 dégaines dont des longues, un jeu de friends complet, micros jusqu’au camalot n°4 (utile dans la dernière longueur), un jeu de coinceurs, sangles, les pitons ne sont pas utiles. Un encordement à 50 mètres paraît bien adapté. Avec 60 mètres et un peu de corde tendue, on peut sauter quelques relais en faisant attention au tirage car la voie louvoie beaucoup.

Hauteur de la voie : 470 mètres pour 13 longueurs. Il ne s’agit pas de la hauteur de la paroi mais du développé.

Horaire : 5 à 6 heures d’escalade.

Topo : Montrebei de Luis Alfonso.

28 août, 2018

Sendero limite à la Pena rueda (26 août 2018)

Classé dans : — topospyreneens @ 10:44

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Pena Rueba, 1175 m,

Mallo Commun, face Sud,

Sendero limite, 375 m, 5+/5 oblig.

Belle voie, à quelques exceptions près en bon rocher. Grâce à un équipement très généreux, elle se prêtera à une journée d’escalade plaisir. Bien qu’orienté Sud, le bas de la voie reste à l’ombre du Mallo estrella durant la matinée. Escalade essentiellement dalleuse, quelques passages plus raides viennent égayer l’ascension. Apparemment très souvent parcourue.

Sendero limite

Première ascension : Luis Royo, Carlos Roy et Julio Benedé en 2011.

Accès voiture :La Pena Rueba s’atteint depuis le petit village de Murillo de Gallego situé 10 km au Nord de Ayerbe. En arrivant du Sud, à la sortie du village prendre une route à gauche qui monte. Après une épingle à gauche, prendre une piste sur la droite juste avant un grand immeuble. On la suit sur 2,5 kilomètres, elle est en mauvais état par endroit. On se gare sur la gauche au niveau d’un parking pouvant accueillir 4 ou 5 voitures. Peu après la piste tourne à gauche au niveau d’un ruisseau asséché. Attention, avec la pluie, cette piste peut devenir très glissante.

Accès pédestre : Prendre le sentier cairné qui part juste en face du parking, il rejoint une croupe que l’on suit en direction de la paroi et du très remarquable toit de la voie “Make”. Cinquante mètres environ avant d’arriver à la falaise, prendre un sentier qui part à l’horizontale vers la droite, on arrive rapidement à un large couloir. La voie débute en haut de se couloir formé par des dalles (25 minutes). Le nom est inscrit au départ.

Descente : Du sommet de la voie, continuer à monter en direction de la Pena Rueba (sente), dès que possible prendre vers la droite (cairns) pour rejoindre l’éperon Sud-Est que l’on suit en descendant jusqu’à la via ferrata Sud. Suivre les cables et une bonne sente qui ramène au pied de la paroi (1 heure jusqu’au parking). Une descente en rappel est possible mais vraiment pas judicieuse.

Itinéraire : L’itinéraire ne présente pas de difficultés. Dans L6, on croise une autre voie, bien partir vers la gauche. L11 est la première ligne spitée que l’on rencontre en traversant la vire vers la droite. Dans L13, monter de quelques mètres et suivre la ligne de goujons qui part en traversée vers la droite.

Difficultés : 5+ (5 oblig.). L’escalade plutôt dalleuse se raidit parfois pour franchir quelques murs plus raides. L’ensemble n’est pas soutenu.

Equipement : La voie est très bien équipée en goujons, aucun matériel à rajouter. Tous les relais sont chainés avec maillon.

Matériel : 10 dégaines, 16 si on veut doubler certaines longueurs en sautant quelques points. Avec un encordement à 60 mètres les longueurs s’enchainent très bien par deux, sinon encordement à 30 mètres suffisant.

Hauteur de la voie : 375 mètres.

Horaire : 4 heures.

Topo : Riglos Vertical de Miguel Carasol et Chema Agustin.

13 mars, 2018

Amistades Pelirrojas à Perles (06 mars 2018)

Classé dans : — topospyreneens @ 17:42

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Vallée du Segre, région de l’Alt Urgell, village de Perles, Roc d’en Sola,

face Sud-Est

Voie : Amistades pelirrojas

Belle classique de cette magnifique région de l’Alt Urgell. Il n’y a absolument rien à jeter sur l’ensemble des 4 longueurs. A combiner avec une de ses voisines pour prolonger le plaisir. Le calcaire sculpté est absolument magnifique et propose une escalade technique sur les pieds

18-03-06 Amistades pelirrojas à Perles

Première ascension : J. Lucas et J. Garcia, en mars 1992.

Accès voiture : La paroi du roc d’en Sola se situe au Sud de l’Andorre et de la Seu d’Urgell, dans la très belle et chaude vallée du Segre. D’Organya, prendre la direction de LLeida. Peu de temps après la sortie du village, prendre à gauche en direction de Sant Llorenç de Morunys. Suivre cette direction sur 5 kilomètres jusqu’à l’entrée du village de Perles. On peut se garer le long de la route principale ou dans le village près de l’église.

Accès pédestre : Prendre le sentier à gauche en face le village (panneau en bois). Il part en diagonale vers la gauche et les falaises. Peu avant d’arriver à une sorte de col, le quitter pour suivre horizontalement le pied des parois (compter une quinzaine de minutes). On se trouve à l’aplomb d’un surplomb triangulaire orange caractéristique. Le nom des voies a été effacé, la voie qui nous intéresse est la plus à gauche des trois voies situées sous le surplomb orangé.

Descente : En rappels dans la voie ou à pied sur le versant opposé en rejoignant le col sous lequel on passe durant la marche d’approche.

Difficultés : 6a max et obligatoire.

Equipement : La voie est entièrement équipée en gougeons. Anneaux aux relais.

Matériel : 10 dégaines plus les relais.

Hauteur de la voie : 110 mètres pour 4 longueurs.

Horaire : 1 heure 30 à 2 heures.

Altitude sommet : 1000 mètres environ.

Topo : Roques, parets i agulles de l’Alt Urgell de M. Blanco

 

17 septembre, 2016

KALAMITY’S À BAGERGUE (16 septembre 2016)

Classé dans : — topospyreneens @ 11:21

Val d’Aran, secteur de Bagergue (Unha),

Pala deth Sarrat, 1600 m environ, face Sud,

« Kalamity’s », 6b/210 m (6a+ oblig.)

Le secteur est plutôt connu pour sa via ferrata et pour le secteur de couenne de bagergue, pourtant juste à gauche de la via un beau bastion de dalles et murs méritait que l’on y trace une voie. Il en existe une autre, plus courte, dans le secteur des rappels : « Jordi petit ». Après les trois premières longueurs qui franchissent des ressauts entrecoupés de jardins, l’escalade devient plus continue pour finir en beauté dans les deux dernières longueurs. Le lichen est très présent sans jamais être gênant. Sans être exceptionnelle, la voie mérite une visite dans le très beau cadre de la vallée de Bagergue.

16-09-17 Kalamity's à Bagergue

Première ascension : Jordi Berta, Marc Busquets et César Suela en juillet 2015.

Accès voiture : De Vielha, prendre la direction de la station de ski de Baqueira et du port de la Bonaigua. A Salardu, prendre à gauche vers Bagergue et rapidement à nouveau à gauche vers Unha. Se garer sur le grand parking dans le village.

Accès pédestre : Du parking, suivre les indications d’accès à la via ferrata. Après environ 10 minutes de marche, quitter le sentier balisé en rouge pour prendre celui qui part à gauche (balisage bleu). Le suivre pendant environ 25 minutes, juste avant une corde fixe, monter droit dans la forêt (cairns) jusqu’au pied de la voie (45 minutes en tout).

Descente : du dernier relais, basculer à droite sur une vire herbeuse raide que l’on suit sur 40 mètres jusqu’au premier relais de rappels (assez haut dans le mur de gauche). Trois rappels déposent au pied de la paroi. Continuer tout droit dans le couloir (corde fixe) jusqu’à rejoindre le sentier balisé en bleu que l’on suit vers la droite jusqu’au parking.

Descriptif des Longueurs : Aucun problème d’itinéraire, on suit la voie entièrement équipée.

Difficultés : 6b max., 6a+ obligatoire.

Equipement : Voie entièrement équipée sur goujons aux relais et dans les longueurs.

Matériel : 14 dégaines plus les relais, rappel de 50 mètres.,

Hauteur de la voie : 210 mètres.

Altitude sommet : 1800 mètres environ.

Horaire : 3 heures pour la voie.

16 novembre, 2015

Arête Troche à Collegats

Classé dans : — topospyreneens @ 14:56

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Collegats, secteur de l’Argenteria,

Los Llaques (1100 m), face Est,

« Arête Troche » (TD/560 m, 6b+ max, 5+ oblig.)

Bien que discontinue, l’escalade est très belle sur un très beau calcaire gris bien sculpté. L’ambiance est réduite du fait des zones moins raides traversées. Bien que moins dure, la seconde partie parcourt une jolie arête avec une belle ambiance et on grimpe tout le temps.

15-11-06 arête Troche à Collegats

Première ascension : Miguel Parra en solitaire en avril 1991.

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert et juste à la sortie, prendre à gauche la direction de Pobla de Segur. Traverser Pobla en direction de Sort. Quelques kilomètres plus loin, on entre dans le défilé de Collegats. Se garer juste à la sortie du deuxième tunnel.

Accès pédestre : Descendre le long de la Noguera Pallaresa en empruntant la vieille route sur environ 300 mètres. On passe au pied d’une école d’escalade pour arriver au pied d’un petit vallon d’éboulis. Quitter la route et remonter ce vallon (quelques cairns) jusqu’à l’attaque caractérisée par un pilier gris bien individualisé (30 minutes).

Descente : Du dernier relais, partir en ascendance à gauche jusqu’à un col bien marqué. De l’autre côté, un bastion rocheux se contourne par la gauche (main courante). Une vague sente permet de continuer à flanc vers le Sud. Passer un éperon, descendre dans une dépression et continuer à flanc jusqu’à un éperon mieux marqué. Descendre alors vers l’Est, contourner une petite barre rocheuse par la gauche (cairn) et continuer sur l’éperon qui mène au départ de la descente chaînée commune à toutes les voies de la paroi du Pesso. Après les câbles un bon sentier amène à la route peu après la sortie du premier tunnel, emprunter la vieille route de long de la Noguera pour retrouver la voiture (1 heure 30).

Itinéraire :

L1 : 6a, 50 m Suit le fil de l’éperon.

L2 : 5+, 40 m Toujours plus ou moins sur le fil de l’éperon.

L3 : 4, 45 m Rejoindre le fil de l’éperon, basculer à droite dans une zone végétative, franchir un petit mur. Relais sur une bonne vire (1 piton à compléter).

L4 : 6a+, 25 m Départ sur les pieds puis court mur à petites prises puis une zone plus couchée jusqu’au relais sur deux spits. Il est plus confortable de monter une dizaine de mètres au-dessus pour faire relais sur arbre.

L5 : 4+, 60 m Rejoindre l’éperon à gauche et le suivre en passant à gauche d’un petit surplomb. Relais sur une bonne vire.

L6 : 6a, 20 m Traverser à droite sur la vire jusqu’à un mur raide que l’on franchit d’abord vers la gauche puis vers la droite en franchissant un petit toit. Relais suspendu.

L7 : 6b+, 60 m Le clou du spectacle. Dans l’axe le long d’une succession de fissures (5), Un pas plus athlétique permet de rejoindre la base d’un dièdre (6a). Le suivre pour accéder à une dalle sur la droite (6b+) puis légèrement vers la gauche en direction d’un gros arbre.

L8 à L11 : Ensemble de 5 en suivant le fil de l’arête avec un passage plus dur (5+/6a) protégé par un spit et un piton dans un mur plus raide.

L12 : 5, 55 m Monter de quelques mètres sur le fil puis traverser franchement à droite sous un toit. Un système de fissures mène au dernier relais sur un arbre.

Difficultés : 6b+ max, 6a obligatoire. La voie est peu soutenue, l’itinéraire peu compliqué à suivre. Le rocher est bon à l’exception de courts passages.

Equipement : La voie est partiellement équipée en spits et goujons de 8 mm. On rajoute finalement assez peu sauf dans les longueurs les plus faciles.

Matériel : 12 dégaines, un jeu complet de friends jusqu’au camalot n°2, un jeu de coinceurs. Encordement à 60 mètres.

Hauteur de la voie : 560 mètres. 12 longueurs.

Altitude sommet : 1100 mètres

Horaire : 4 à 6 heures.

Topo : Collegats (Baix Pallars / Conca de Dalt) de A. Ballart, M. Ollé et M Orfila.

Où dormir : Auberge à Cellers. C’est un peu loin (30 minutes en voiture), mais elle est bon marché et il possible de trouver tous les topos de la région. Possibilité de se faire à manger ou de prendre la demi-pension.

Camping à l’entrée du défilé de Collegats sur la commune de Pobla de Segur.

Dièdre Audoubert à Mont-Rebei

Classé dans : — topospyreneens @ 11:36

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Mont-Rebei, paroi de Catalogne (1340 m), face Sud-Ouest,

« Dièdre Audoubert » (TD/350 m 6b max, 5+ oblig.)

Voie où l’on rencontre une très belle ambiance, exigeante dans la cotation. Le tracé est évident et suit une ligne de faiblesse sous la forme d’un dièdre qui raye la paroi. Escalade plutôt intérieure et à l’ancienne qui peut paraître déconcertante. L’équipement est dans le même esprit essentiellement à base de pitons de bonne qualité. Certains relais peuvent être à renforcer.

15-11-07 dièdre Audoubert copy

Première ascension : Louis Audoubert et Marc Galy en juin 1978.

Accès voiture : Il faut rejoindre Ager, soit par Puente de Montanana, soit par Tremp. Suivre ensuite la route du col d’Arès en passant à côté du « Centre d’observation de l’univers ». Au niveau du Portell de Claramunt, prendre la piste à gauche en direction de l’hermitage de Sant Llorenç (pancarte) et la suivre jusqu’à son terminus au niveau d’un pré. La piste est en état correct mais une voiture un peu haute est préférable.

Accès pédestre : Un sentier débute au bout du pré et s’élève vers les parois. Il devient parallèle à la falaise, le suivre jusqu’à ce qu’il la rejoigne. On est alors très près du départ de la voie qui se situe une cinquantaine de mètres à gauche de l’aplomb du dièdre au niveau d’une zone de faiblesse qui permet de gagner une bonne vire. « Cassiopea » et « DA » sont gravés au départ. Compter 30 minutes de la voiture.

Descente : A pied, elle est assez commode et rapide. De la sortie de la voie, suivre une sente vers la droite (Est). On descend légèrement puis on remonte de façon prononcée. On atteint une piste peu usitée. Au niveau d’un plateau ne pas rater à droite des gros cairns qui se dirigent vers la crête. On atteint une sente bien marquée et balisée qui descend raide (petites désescalades) jusqu’au pré. (1 heure jusqu’à la voiture).

Difficultés : 6b max, 5+ et A1 oblig. La voie est raide et soutenue. L’itinéraire ne pose pas de problème.

Equipement : La voie est équipée sur pitons dans les passages clés, beaucoup moins ailleurs, certains relais sont à renforcer.

Matériel : 14 dégaines dont des longues, un jeu de friends très complet jusqu’au 4 camalot et un jeu d’alliens, un jeu de coinceurs (les gros ne sont pas utiles), de grandes sangles pour les arbres et pour rallonger les points, les pitons ne sont pas utiles.

Hauteur de la voie : 350 mètres, 11 ou 12 longueurs.

Horaire : 6 à 8 heures.

Topo : Montsec oeste de Luis Alfonso et Xavier Buxo.

9 octobre, 2015

Akupuntura sortie par Erizon wall au Turbon

Classé dans : — topospyreneens @ 10:40

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Aragon, Ribagorza, Turbon,

Picon de las ochos (2278 m), face Sud-Ouest,

« Akupuntura », sortie par « Erizon wall » (6a max, 5+ oblig./800 m)

Turbon

Manière originale d’aller visiter ce géant de calcaire bien individualisé et visible de très loin. La végétation, bien que très présente, ne gâche pas trop l’escalade qui reste très belle dans certaines longueurs en dalles sculptées. Il faudra être à l’aise sur les pieds pour se faire plaisir car l’espacement des points est parfois conséquent. Le Turbon est un sommet très sauvage qui mérite une visite.

Première ascension : Remi Bresco et Luis Alfonso en avril 2014 pour « Akupuntura » et Josep Solé avec Luis Alfonso pour « Erizon wall » en juin 2011.

Accès voiture : Le plus simple en venant de France est d’emprunter la N230 jusqu’à Vilaller. Quelques kilomètres au Sud, prendre à droite vers Casteron de Sos, et rapidement à gauche vers Graus (A1605). On passe le village de Bonansa et le col du même nom. Après Pardinella, prendre à droite vers Campo (V-9601). Après quelques kilomètres, prendre à droite vers Vilas del Turbon, puis rapidement à gauche vers Serrate. Avant d’arriver à ce village, dans une courbe à droite, prendre à gauche une piste et suivre les panneaux du refuge du Turbon. On passe à côté d’un réservoir d’eau en béton où il est possible de se garer mais la piste est en bon état pour continuer quelques épingles jusqu’à ce qu’elle passe à l’aplomb de la face Sud-Ouest. Se garer à droite (2 ou 3 places, cairns).

Accès pédestre : Suivre une sente qui monte droit vers la face (cairns) en longeant une dépression. On arrive à un éboulis que l’on traverse vers la droite pour aller chercher l’endroit où l’éperon descend le plus bas (1 sangle visible assez haut). « Erizon wall » démarre juste à gauche (goujon visible). Compter 30 minutes.

Descente : Du sommet de la dernière longueur de « Erizon wall » continuer par du terrain facile en se tenant à droite de l’éperon jusqu’au sommet du Picon de las ochos. Descendre sur le versant opposé jusqu’à un vaste col (las colledetas). Basculer au Sud dans le couloir issu de ce col, lorsqu’il devient raide, partir à flanc à droite par une sente (cairns) en direction la piste et du refuge du Turbon. Suivre ensuite la piste jusqu’à la voiture (1 heure 30 à 2 heures).

A la fin de « Akupuntura », il est possible de descendre en rappels puis à pied mais vues la faible inclinaison et la végétation, ceux-ci doivent être galères.

Difficultés : 6a max, V+ obligatoire. Voie principalement en dalles couchées.

Equipement : La voie est semi-équipée sur goujons. Tous les relais sont en place sur deux gougeons.

Matériel : 10 dégaines (dont des longues) un jeu de coinceurs, un jeu de friends jusqu’au camalot n°2, sangles. Encordement à 60 mètres.

Hauteur de la voie : 800 mètres pour 16 longueurs.

Itinéraire :

L1 : Droit jusqu’à une vire (V, 50 m).

L2 : Traverser la vire (marche) et faire le relais sur un arbre isolé (40 m).

L3 : Franchir le mur dans l’axe au-dessus (IV) puis une dalle (V), relais sur une bonne vire (50 m).

L4 : la belle dalle dans l’axe en franchissant d’abord un petit surplomb puis une succesion de fissures (V, 55 m).

Faire un rappel de 20 mètres dans le couloir à gauche pour se retrouver au pied du dièdre bien marqué visible du bas.

L5, L6 et L7 : suivent la dalle à gauche du dièdre (V avec un passage de V+).

L8 : Rejoindre le sommet du dièdre par un couloir et traverser une vire. (III+, 30 m).

L9 : Traverser un pierrier légèrement vers la gauche.

L10 : Remonter un système de dalles d’abord droit puis en ascendance à droite (V, 45 m).

L11 : Succession de ressauts et de courtes fissures en visant le bas d’un dièdre en arc de cercle (V+ puis IV, 40 m).

L12 : Dans la dalle un peu plus redressée en ascendance à gauche, relais juste sous le dièdre en arc de cercle (IV+, 40 m).

L13 : Traverser horizontalement à gauche (1 piton) jusqu’à un dièdre que l’on remonte. Le quitter par la droite au niveau d’une petite vire (V+, 35 m).

C’est la fin de « Akupuntura » (descente en rappels posssible). Pour continuer par « Erizon wall » partir en ascendance à gauche (marche) pour rejoindre le fil de l’éperon.

L14 : Franchir un mur à strates (gougeon visible), une courte traversée à droite permet de grimper à droite d’un dièdre raide (V, 45 m).

On suit alors le fil de l’éperon peu raide sur environ 200 mètres (III puis II) en visant le pied d’une belle dalle à cannelures triangualire visible de loin.

L15 : Remonter le bord droit de cette dalle (IV+) jusqu’à un passage plus raide (6a, 2 pitons, 1 spit). Realis juste au-dessus, 55 m.

L16 : Un court passage raide à gauche (III+) puis le fil de l’éperon, 50 m.

Horaire : 6 à 8 heures.

12345...7

Media Basket |
Avenir Sportif de Kasserine |
rastafariteam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | il court il court l'échassi...
| Comité Départemental de Spé...
| Qi Gong et arts internes de...