Topos versant espagnol

  • Accueil
  • > Recherche : topo escalade pont suert

9 octobre, 2018

Cistus Albidus à Montrebei (Aragon), 01 octobre 2018

Classé dans : — topospyreneens @ 21:05

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Montrebei, paroi d’Aragon,

Cistus Albidus, 6a (5+ oblig.) / 470 m.

Un peu à l’image de sa proche voisine « Santiago Domingo », il s’agit d’un voyage sinueux qui cherche les faiblesses de la paroi pour parvenir au sommet sans rencontrer de grosses difficultés. Elle est par contre un peu plus soutenue. La première partie n’est pas très enthousiasmante, il faut aller chercher plus haut le meilleur rocher et le plaisir de s’insinuer au milieu des toits rouges du haut de la paroi. Les trois dernières longueurs sont vraiment un régal et le cheminement très astucieux.

18-11-01 Cistus Albidus

Première ascension : Emilio Albir, Joan Badia, Jordi Lalueza et Josep E. Paul en 1983. Rééquipée en 2010 par Sidarta Gallego et Luis Alfonso.

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert puis Puente de Montanana. Poursuivre sur la N230, à environ 10 km prendre à gauche vers Viacamp puis le piste vers Montfalco que l’on suit sur une dizaine de kilomètres. Se garer sur un petit parking à droite (place pour 3 voitures) en face d’une piste en mauvais état qui part sur la gauche (panneau en bois indiquant Montfalco à 3 kilomètres).

Accès pédestre : Prendre la piste en mauvais état qui part en face du parking, elle est rapidement fermée par une chaîne. Dans la première courbe à droite, quitter la piste pour prendre à gauche une sente assez bien marquée et très bien cairnée qui monte plus ou moins directement vers la paroi. On vient buter sur la falaise que l’on suit vers la droite d’abord en ascendance puis en descente le long de la paroi. Le départ de la voie se situe à l’aplomb de grands toits rouges, « CA » gravé. Compter 1 heure de la voiture.

Description des longueurs :

L1 : 4+/50 m. Partir au-dessus de l’inscription CA, franchir deux vires pour gagner une fissure en ascendance à droite que l’on suit. Lorsqu’elle se perd, continuer vers un arbuste derrière lequel on trouve le relais sur deux pitons.

L2 : 4/40 m. Franchir le dièdre peu marqué à gauche pour arriver sur une vire que l’on suit vers la gauche (1 spit) jusqu’à un relais sur une lunule et un piton.

L3 : 6a/40 m. En ascendance à gauche vers une écaille visible du relais. Gravir le mur à gauche (2 pitons, 2 spits), puis en ascendance à droite jusqu’à un relais sur deux pitons.

L4 : 4+/30 m. En ascendance vers la droite en direction de la base d’un dièdre (1 spit). Relais au pied du dièdre à côté d’un gros bloc, 1 piton en place à renforcer.

L5 : 5/35 m. Partir à droite du gros bloc et gravir la dalle en ascendance à droite (2 pitons) en direction d’un arbuste à partir duquel on repart à gauche. Passer un relais et continuer à suivre la vire vers la gauche jusqu’au pied d’un dièdre. Relais sur friends.

L6 : 5+/30 m. Gravir le dièdre peu visible du relais (3 pitons), passer le relais sous le toit (peu confortable) et continuer en franchissant le toit par la gauche. En sortir à droite et faire relais sur un genévrier et un piton.

. L7 : 5/45 m. Remonter une fissure (2 pitons) jusque sous un toit, traverser à droite jusqu’au pied d’une belle fissure que l’on gravit en dulfer. R7 sur une vire, 1 spit.

L8 : II/20 m. Suivre la vire vers la gauche, relais sur un spit.

L9 : III/40 m. Continuer à suivre la vire herbeuse vers la gauche. Relais sur un arbre.

L10 : 5/35 m. En ascendance à gauche, peu défini, succession de petits dièdres et de vires. Relais sur une vire, 1 spit et 1 piton. Possibilité de s’échapper vers la sortie de Santiago Domingo.

L11 : 6a/35 m. Dans l’axe du relais en gravissant un dièdre orangé peu marqué. On trouve un piton à son sommet, traverser en légère descente vers la droite jusqu’à dièdre bien marqué que l’on gravit jusqu’à une niche. Relais sur 2 spits.

L12 : 5/30 m. En traversée à droite toujours en légère ascendance (1 piton, 1 spit), traverser une énorme écaille décollée. Relais sur deux spits.

L13 : 5+/35 m. Gravir la fissure large dans l’axe du relais jusqu’à un gros genévrier qui aide à franchir un mur raide. Un dernier petit mur à droite d’un surplomb donne accès au sommet. Relais sur arbre.

Descente : A pied, du sommet de la voie, monter vers le sommet à gauche en suivant le bord de la falaise (sente peu marquée, quelques cairns). Au sommet, on trouve un signal géodésique où l’on rejoint un meilleur sentier très bien balisé en jaune et blanc. Le suivre jusqu’à un col où l’on trouve un panneau en bois indiquant Estall. Prendre le bon sentier plein Sud qui descend vers ce village. On le quitte à mi-pente pour prendre un sentier qui part à gauche (cairns) et qui ramène au parking. (1 heure à 1 heure 30 jusqu’à la voiture).

Difficultés : 6a max, 5+ oblig. Les longueurs les plus soutenues sont les trois dernières plus raides en dièdres et fissures. La voie se protège très bien sauf dans les zones faciles parfois un peu engagées.

Equipement : La voie est peu équipée, presque tous les relais sont en place, parfois à renforcer et certains à monter sur friends. On trouve quelques pitons, spits et goujons de passage.

Matériel : 10 dégaines dont des longues, un jeu de friends complet, micros jusqu’au camalot n°4 (utile dans la dernière longueur), un jeu de coinceurs, sangles, les pitons ne sont pas utiles. Un encordement à 50 mètres paraît bien adapté. Avec 60 mètres et un peu de corde tendue, on peut sauter quelques relais en faisant attention au tirage car la voie louvoie beaucoup.

Hauteur de la voie : 470 mètres pour 13 longueurs. Il ne s’agit pas de la hauteur de la paroi mais du développé.

Horaire : 5 à 6 heures d’escalade.

Topo : Montrebei de Luis Alfonso.

16 novembre, 2015

Arête Troche à Collegats

Classé dans : — topospyreneens @ 14:56

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Collegats, secteur de l’Argenteria,

Los Llaques (1100 m), face Est,

« Arête Troche » (TD/560 m, 6b+ max, 5+ oblig.)

Bien que discontinue, l’escalade est très belle sur un très beau calcaire gris bien sculpté. L’ambiance est réduite du fait des zones moins raides traversées. Bien que moins dure, la seconde partie parcourt une jolie arête avec une belle ambiance et on grimpe tout le temps.

15-11-06 arête Troche à Collegats

Première ascension : Miguel Parra en solitaire en avril 1991.

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert et juste à la sortie, prendre à gauche la direction de Pobla de Segur. Traverser Pobla en direction de Sort. Quelques kilomètres plus loin, on entre dans le défilé de Collegats. Se garer juste à la sortie du deuxième tunnel.

Accès pédestre : Descendre le long de la Noguera Pallaresa en empruntant la vieille route sur environ 300 mètres. On passe au pied d’une école d’escalade pour arriver au pied d’un petit vallon d’éboulis. Quitter la route et remonter ce vallon (quelques cairns) jusqu’à l’attaque caractérisée par un pilier gris bien individualisé (30 minutes).

Descente : Du dernier relais, partir en ascendance à gauche jusqu’à un col bien marqué. De l’autre côté, un bastion rocheux se contourne par la gauche (main courante). Une vague sente permet de continuer à flanc vers le Sud. Passer un éperon, descendre dans une dépression et continuer à flanc jusqu’à un éperon mieux marqué. Descendre alors vers l’Est, contourner une petite barre rocheuse par la gauche (cairn) et continuer sur l’éperon qui mène au départ de la descente chaînée commune à toutes les voies de la paroi du Pesso. Après les câbles un bon sentier amène à la route peu après la sortie du premier tunnel, emprunter la vieille route de long de la Noguera pour retrouver la voiture (1 heure 30).

Itinéraire :

L1 : 6a, 50 m Suit le fil de l’éperon.

L2 : 5+, 40 m Toujours plus ou moins sur le fil de l’éperon.

L3 : 4, 45 m Rejoindre le fil de l’éperon, basculer à droite dans une zone végétative, franchir un petit mur. Relais sur une bonne vire (1 piton à compléter).

L4 : 6a+, 25 m Départ sur les pieds puis court mur à petites prises puis une zone plus couchée jusqu’au relais sur deux spits. Il est plus confortable de monter une dizaine de mètres au-dessus pour faire relais sur arbre.

L5 : 4+, 60 m Rejoindre l’éperon à gauche et le suivre en passant à gauche d’un petit surplomb. Relais sur une bonne vire.

L6 : 6a, 20 m Traverser à droite sur la vire jusqu’à un mur raide que l’on franchit d’abord vers la gauche puis vers la droite en franchissant un petit toit. Relais suspendu.

L7 : 6b+, 60 m Le clou du spectacle. Dans l’axe le long d’une succession de fissures (5), Un pas plus athlétique permet de rejoindre la base d’un dièdre (6a). Le suivre pour accéder à une dalle sur la droite (6b+) puis légèrement vers la gauche en direction d’un gros arbre.

L8 à L11 : Ensemble de 5 en suivant le fil de l’arête avec un passage plus dur (5+/6a) protégé par un spit et un piton dans un mur plus raide.

L12 : 5, 55 m Monter de quelques mètres sur le fil puis traverser franchement à droite sous un toit. Un système de fissures mène au dernier relais sur un arbre.

Difficultés : 6b+ max, 6a obligatoire. La voie est peu soutenue, l’itinéraire peu compliqué à suivre. Le rocher est bon à l’exception de courts passages.

Equipement : La voie est partiellement équipée en spits et goujons de 8 mm. On rajoute finalement assez peu sauf dans les longueurs les plus faciles.

Matériel : 12 dégaines, un jeu complet de friends jusqu’au camalot n°2, un jeu de coinceurs. Encordement à 60 mètres.

Hauteur de la voie : 560 mètres. 12 longueurs.

Altitude sommet : 1100 mètres

Horaire : 4 à 6 heures.

Topo : Collegats (Baix Pallars / Conca de Dalt) de A. Ballart, M. Ollé et M Orfila.

Où dormir : Auberge à Cellers. C’est un peu loin (30 minutes en voiture), mais elle est bon marché et il possible de trouver tous les topos de la région. Possibilité de se faire à manger ou de prendre la demi-pension.

Camping à l’entrée du défilé de Collegats sur la commune de Pobla de Segur.

27 octobre, 2014

SANTIAGO DOMINGO A LA PAROI D’ARAGON (19 octobre 2014)

Classé dans : — topospyreneens @ 23:06

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Montrebei, paroi d’Aragon, face Sud,

Santiago Domingo, V+ et A0 (1 pas) / 410 m

Pour plagier la célèbre phrase de J. Séguéla : « si à 50 ans, on n’a pas une Rolex, c’est qu’on a raté sa vie ». Et bien à 42 ans, je n’avais jamais mis les pieds en paroi d’Aragon, je n’avais peut-être pas raté ma vie mais je suis certainement passé à côté de quelques belles escalades. Pour une première visite, notre choix s’est porté sur LA classique des lieux : « Santiago Domingo ». Même si toutes les longueurs ne sont pas exceptionnelles, c’est un très beau voyage, sinueux et qui réserve de belles surprises. Les deux dièdres fissurés sont magnifiques et la dernière longueur très originale. Le rocher est globalement bon à très bon. Un bon début qui donne envie d’aller visiter ses voisines.

14-10-20 Santiago Domingo copy

Première ascension : E. Albir, J. Badia, E. Ruiz et J.E Paul en 1981. Rééquipée en 2007 par E. Albir et L. Alfonso.

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert puis Puente de Montanana. Poursuivre sur la N230, à environ 10 km prendre à gauche vers Viacamp puis le piste vers Montfalco que l’on suit sur une dizaine de kilomètres. Se garer sur un petit parking à droite (place pour 3 voitures) en face d’une piste en mauvais état qui part sur la gauche (panneau en bois indiquant Montfalco à 3 kilomètres).

Accès pédestre : Prendre la piste en mauvais état qui part en face du parking, elle est rapidement fermée par une chaîne. Dans la première courbe à droite, quitter la piste pour prendre à gauche une sente assez bien marquée et très bien cairnée qui monte plus ou moins directement vers la paroi. On vient buter sur la falaise que l’on suit vers la droite d’abord en ascendance puis en descente le long de la paroi. Le départ de la voie se situe à l’aplomb de grands toits rouges, « SD » gravé avec une flèche. Compter 1 heure de la voiture.

Description des longueurs :

L1 : partir directement vers une fissure et une lunule visible (1 piton). Traverser une dalle en ascendance à droite (1 piton) vers une écaille qui repart vers la gauche (2 pitons). Une zone de mauvais rocher (1 piton) donne accès au relais (2 spits).

L2 : monter de quelques mètres en ascendance à gauche jusqu’à une vire que l’on suit horizontalement toujours à gauche jusqu’à un piton peu visible. Franchir le court mur au-dessus (relais visible, 2 spits).

L3 : franchir le petit mur au-dessus du relais vers un arbre, traverser vers la gauche puis en ascendance à droite (1 piton) vers un bombé que l’on franchit (2 spits). Continuer toujours en légère ascendance à droite puis droit en direction de la base d’un dièdre (2 pitons de relais). Contourner la base du dièdre par une dalle jusqu’au relais (1 spit, 1 piton).

L4 : Remonter intégralement le dièdre d’abord par la fissure de gauche puis par son fond (3 pitons). Contourner un surplomb par la droite jusqu’au relais sur un arbre.

L5 : traverser horizontalement vers la gauche sur une vire, passer un relais (1 spit, 1 piton) et continuer vers la gauche sur une corniche (2 pitons) jusqu’au pied d’un dièdre, relais sur 2 spits.

L6 : Remonter le dièdre fissuré (2 pitons dans le haut), en sortir par la droite pour atteindre une vire, relais sur deux spits légèrement à gauche.

. L7 : Partir dans la dalle à gauche d’un petit éperon (exposé) jusqu’à un plomb puis la dalle suivante (1 spit visible). Dans l’axe, on rejoint une fissure dans du rocher très travaillé (1 piton au départ). Passer un relais (1 spit, 1 piton) pour rejoindre la large vire sous les surplombs oranges. Relais sur deux spits sur un énorme bloc sur la gauche.

L8 : Suivre la vire sur la gauche, franchir un bloc. Relais sur une vire caillouteuse sur un spit.

L9 : franchir les premiers mètres raides de la cheminée puis facilement le fond jusqu’à son point le plus haut. Franchir alors directement la large faille au-dessus (1 piton) pour se rétablir au sommet du monolithe (relais sur arbuste).

L10 : enjamber la faille pour franchir un court mur qui donne accès au chemin.

Descente : A pied, du sommet de la voie, monter vers le sommet à gauche en suivant le bord de la falaise (sente peu marquée, quelques cairns). Au sommet, on trouve un signal géodésique où l’on rejoint un meilleur sentier très bien balisé en jaune et blanc. Le suivre jusqu’à un col où l’on trouve un panneau en bois indiquant Estall. Prendre le bon sentier plein Sud qui descend vers ce village. On le quitte à mi-pente pour prendre un sentier qui part à gauche (cairns) et qui ramène au parking. (1 heure à 1 heure 30 jusqu’à la voiture).

Difficultés : 5+ max. et oblig, 1 pas d’A0. Les longueurs les plus soutenues sont des dièdres raides, pour le reste ce sont des longueurs plus décousues peu soutenues. Les passages les plus raides se protègent très bien, les longueurs plus faciles peuvent parfois comporter un peu d’engagement.

Equipement : La voie est peu équipée, avec 2 points à tous les relais (dont au moins un gougeon) et quelques pitons dans les longueurs.

Matériel : 10 dégaines dont des longues, un jeu de friends complet de l’alien vert au camalot n°3 en doublant éventuellement le n°1 et le n°2, un jeu de coinceurs, sangles, les pitons ne sont pas utiles. Un encordement à 60 mètres paraît bien adapté.

Hauteur de la voie : 410 mètres pour 9 grandes longueurs.

Horaire : 4 à 5 heures d’escalade.

Topo : Montsec oeste de Luis Alfonso et Xavier Buxo.

10 novembre, 2013

DAVID GARCIA A SAN CUGAT (07 novembre 2013)

Classé dans : — topospyreneens @ 18:21

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Ribagorça, défilé d’Escales,

contrefort du pic de San Cugat, face Sud,

Voie David Garcia, 6b/275 m

Cet itinéraire, situé juste à gauche de « Romel » et « Cosa », n’a pas rencontré le même succès. Pourtant l’escalade y est très belle et assez variée avec malheureusement un jardin à traverser en deuxième longueur.

DAVID GARCIA A SAN CUGAT (07 novembre 2013) topo-david-garcia-a-san-cugat-300x225

Première ascension : Ancien projet terminé au printemps 2006 par Dani martin, Sebas Liendo, Laura Parejo et Primo Neich

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert et longer le lac d’Escales. Le pic de San Cugat se situe juste après le barrage sur la gauche. Prendre la direction du village de Sopeira et continuer tout droit jusqu’au pont qui franchit la rivière au pied des falaises, parking.

Accès pédestre : Traverser le pont et prendre à droite. Emprunter une vire rocheuse en ascendance à droite 50 mètres après le pont et juste avant un couloir d’éboulis. On la suit sur une cinquantaine de mètres jusqu’au pied d’une dalle caractéristique. Spits visibles dans la dalle (5 minutes). Quelques moulinettes ont été équipées en 2007 dans les dalles juste à gauche du départ de la voie.

Descente : du dernier relais de la voie, suivre l’arête effilée vers la droite sur une cinquantaine de mètres (III), on croise plusieurs relais de sortie de voies. On arrive à une brèche, on trouve un relais de rappel sur le versant opposé quelques mètre sous l’arête. Faire le rappel de 40 mètres qui mène à une sente qui descend raide dans un couloir d’éboulis jusqu’à la route (30 minutes).

Difficultés : 6b maximum, 6a+ obligatoire. Elles sont surtout concentrées dans les 2 dernières longueurs en dalle sur un calcaire ocre parfait.

Equipement : voie équipée en gougeons de 10 mm dans les longueurs et aux relais. Toutes les zones fissurées laissent la place à l’utilisation des friends.

Matériel : 9 dégaines plus les relais. Prévoir un petit jeu de friends jusqu’au camalot n°3. Encordement à 50 mètres.

Hauteur de la voie : 275 mètres, 5 longueurs.

Horaire : 2 à 3 heures.

Topo : Roca caliente en los pirineos (vol. 1) de Luis Alfonso et Xavier Buxo.

JAMON DE PATO A SAN CUGAT (06 novembre 2013)

Classé dans : — topospyreneens @ 18:14

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Ribagorça, défilé d’Escales,

pic de San Cugat, versant Sud,

« Jamon de pato » ED/600 m

Il s’agit d’un très bel itinéraire, par sa longueur et par la beauté de l’escalade. Les jardins traversés se font vite oublier. Il faudra être à l’aise sur les pieds pour l’apprécier à sa juste valeur. L’équipement est bon, parfois un peu espacé dans les longueurs plus faciles. Malgré la longueur, il est possible d’aller assez vite.

JAMON DE PATO A SAN CUGAT (06 novembre 2013) topo-jamon-de-pato-a-san-cugat-300x225

Première ascension : Xavi Buxo et Luis Alfonso en avril 1999.

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert et longer le lac d’Escales. Le pic de San Cugat se situe juste après le barrage sur la gauche. Prendre la direction du village de Sopeira et continuer tout droit jusqu’au pont qui franchit la rivière au pied des falaises, parking.

Accès pédestre : Bien repérer l‘attaque et l’itinéraire depuis le village de Sopeira. Contourner la centrale électrique par la droite, on trouve derrière celle-ci un chemin aménagé. Le suivre, en bas des marches en bois, prendre à gauche une sente balisée en rouge qui remonte un ruisseau asséché jusqu’à l’aplomb de la voie que l’on rejoint directement, au mieux, à travers la végétation (20 minutes).

Descente : Du sommet de la voie, rejoindre facilement le fil de l’arête que l’on suit peu de temps vers l’Est, on rencontre sur celle-ci un arbre avec un relais. Faire un rappel de 50 mètres versant nord. En bas de celui-ci, traverser le plateau vers l’ouest pour atteindre un vallon que l’on descend intégralement jusqu’à la route (éboulis raides). Dans le bas du vallon il faut faire 2 rappels (20 puis 30 mètres) pour descendre une sorte de canyon. Lors de notre passage, le premier relais avait disparu emporté par un ravinement, nous avons laissé une lunule de rocher rive droite sans maillon. Le second relais est sur spits (compter 1 heure)

Difficultés : 7a max, 6b obligatoire. La voie n’est pas continue bien que soutenue dans sa première moitié, elle est coupée par une zone médiane facile. La dernière partie est beaucoup plus facile et « roulante ».

Equipement : La voie est équipée en gougeons de 8 mm aux relais et dans les longueurs.

Matériel : 14 dégaines plus les relais. Prendre 2 ou 3 friends petits et moyens, il est possible de s’en passer avec un peu de moral. Encordement à 60 mètres confortable (L12 fait 55 bons mètres).

Hauteur de la voie : 590 mètres. 13 longueurs.

Horaire : 5 à 6 heures pour la voie.

Détail des longueurs : L’itinéraire est sans problème. Pour traverser le jardin de L7 bien monter en ascendance à droite au plus facile jusqu’à l’aplomb d’un mur où les gougeons de la suite sont visibles. L9, L10 et L11 peuvent se faire corde tendue, il faut viser un très bel éperon de rocher gris où se situe L12.

Topo : Roca caliente en los pirineos (vol. 1) de Luis Alfonso et Xavier Buxo.

20 avril, 2013

DEL ALBA AUX TERRADETS (18 avril 2013)

Classé dans : — topospyreneens @ 21:42

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Catalogne, secteur de Tremp,

Sierra de Montsec, défilé des Terradets, paroi de Bagasses

Del Alba (6a+/245 m)

Voie qui a malheureusement souffert de sa fréquentation et qui présente des passages (trop) usés. L’escalade reste quand même plaisante et typique des Terradets de la grande époque. Le rééquipement est bien pensé et dans l’esprit de l’ouverture. Du coup les longueurs dans le 5 sont pas mal aérées entre les points.

DEL ALBA AUX TERRADETS (18 avril 2013) 13-04-18-del-alba

Première ascension : Le 04 septembre 1981, par J. Clariana, Q. Polls, A. Bosch et A. Macau. Puis rééquipée en 1990 par Jordi Clariana, J.V Ponce, J. Font JM. Arizon et L. Alfonso.

Accès voiture : De France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Suivre la N230 jusqu’à Puente de Montanana où l’on prend à gauche en direction de Tremp sur la C1311. En arrivant sur la C13, prendre à droite en direction de Balaguer. Après environ 13 kilomètres, on entre dans le défilé des Terradets. Il est également possible à Pont de Suert de rejoindre Tremp via Pobla de Segur. On trouve un grand parking au niveau de la fontaine de Bagasses à droite juste après avoir longé la paroi.

Accès pédestre : Evident. Depuis le parking de la fontaine, remonter le long de la route en direction de la falaise. Traverser la rivière sur le pont en pierres. A droite, une dalle équipée d’un câble suivi d’un pierrier permettent d’accéder à la voie ferrée que l’on suit vers la droite. On passe à l’intérieur du premier tunnel, l’attaque se situe juste à droite de l’entrée du second (10 minutes). Le nom est marqué au pied mais 3 mètres trop à droite, repérer la ligne de gougeons juste à gauche et non les burils.

Descente : Du dernier relais, continuer à droite sur la fausse vire équipée d’un câble. Un sentier bien marqué débute à son extrémité et permet de rejoindre la route, (30 minutes). Possibilité également de descendre en rappels, tous les relais sont équipés d’anneaux.

Difficultés : 6a+ max, 5+ oblig. Il faudra faire un peu attention dans les trois premières longueurs car la voie croise de nombreux itinéraires. Un peu d’engagement dans les longueurs jusqu’au V+, équipement correct au-delà.

Equipement : La voie est équipée sur gougeons aux relais et dans les longueurs. Seule la dernière longueur commune avec Reina-Puig nécessite l’emploi d’un ou deux friends.

Matériel : 10 dégaines plus les relais, 2 friends moyens pour la dernière longueur. Encordement à 50 mètres.

Hauteur de la voie : 245 mètres pour 8 longueurs. On peut shunter R2 mais attention au tirage.

Descriptif : L’itinéraire est évident, il n’y a qu’à suivre les gougeons.

Horaire : 3 heures pour la voie.

Topo : Terradets de Luis Alfonso et Xavier Buxo. Editions super crack.

Où dormir : Auberge à Cellers, bon marché et il possible de trouver tous les topos de la région. Possibilité de se faire à manger ou de prendre la demi-pension.

28 octobre, 2012

GOSA A SANT CUGAT (22 octobre 2012)

Classé dans : — topospyreneens @ 20:52

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Vallée de Ribagorça, pic de Sant Cugat, versant Sud,

secteur du barrage d’Escalès, village de Sopeira.

Gosa, 310 mts, 6a (V oblig.)

Belle petite voie assez rapide, la dernière (à ma connaissance) de cette paroi (2011). L’escalade est typique du secteur, principalement en dalles très bien sculptées. Deux courts surplombs dans L4 viennent tout de même cassés la monotonie. L’ambiance est peu sévère grâce à la présence de végétation qui vient rompre l’élan de la voie. L’escalade est peu soutenue sur le papier, une fois sur le rocher, bien que peu difficile, l’espacement des points demande un peu de marge. L’équipement laisse la place à l’autoprotection dès qu’une fissure est présente.

 GOSA A SANT CUGAT (22 octobre 2012) 12-10-22-gosa-a-sant-cugat

Première ascension : Hector Sala, Dani Martin et Luis Alfonso en 2011.

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert et longer le lac d’Escales. Le pic de San Cugat se situe juste après le barrage sur la gauche. Prendre la direction du village de Sopeira et continuer tout droit jusqu’au pont qui franchit la rivière au pied des falaises, parking.

Accès pédestre : contourner la centrale électrique et emprunter le sentier désormais aménagé qui débute juste derrière. Très rapidement il descend au niveau d’escaliers au pied desquels on part à gauche en empruntant une sente balisée en rouge. La suivre dans le fond , du vallon au milieu de la végétation. Au niveau d’un pierrier la sente part la droite, on la quitte alors pour monter droit vers la paroi au niveau d’une dépression (quelques pas d’escalade). Suivre le pied de la paroi vers la gauche sur une cinquantaine de mètres pour trouver le départ de la voie (3 gougeons visibles, 20 minutes).

Descente : du dernier relais, faire un rappel de 25 mètres qui dépose sur une vire (fin de la voie « Ramona »). La suivre vers la droite (en regardant vers le bas), on passe au pied d’une grotte. Ne pas remonter vers un collu mais plonger à gauche dans un large couloir végétatif. Il conduit à un relais qui permet de faire un rappel de 60 mètres. Légèrement en dessous on trouve des câbles et des cordes fixes qui permettent de rejoindre le pied de la paroi.

Difficultés : 6a (V oblig.). Il faut être à l’aise dans la cotation car l’équipement en place est assez aéré. L’escalade est essentiellement en dalle, les 15 premiers mètres donnent le ton de la voie. Rocher très bon.

Equipement : La voie est semie-équipée en gougeons de 10 aux relais et dans les longueurs. Dès que le rocher le permet les friends seront les bienvenus.

Matériel : 10 dégaines dont quelques longues, un jeu de friends du 0,5 au 3, encordement à 60 mètres. Les coinceurs ne sont pas nécessaires.

Hauteur de la voie : 310 mètres pour 6 grandes longueurs.

Horaire : 3 heures.

Topo : Pour situer la voie, on peut consulter le topo : Roca caliente en los pirineos (vol. 1) de Luis Alfonso et Xavier Buxo. Elle est située à droite de « Que pagui Pujol ».

 

 

 

30 octobre, 2010

CHA CHA CHA AUX TERRADETS (25 octobre 2010)

Classé dans : — topospyreneens @ 10:03

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Sierra de Montsec, défilé des Terradets,

Paroi de Bagasses, face Sud-Est,

Voie Cha cha cha

 Très belle surprise lors du parcours de cette voie, il s’agit en effet d’une des très belles escalades de cette paroi. Le rocher, constitué d’une succession de murs raides à strates typiques du secteur, n’a pas pris une ride et est resté très adhérent. Elle est une très bonne alternative à ses proches voisines dont le rocher commence malheureusement à s’user. C’est également une bonne option assez rapide pour éviter le bas de la Cade et terminer au sommet par le haut de celle-ci. A faire sans hésiter.

Topo Cha cha cha

Cha cha cha aux Terradets
Album : Cha cha cha aux Terradets

3 images
Voir l'album

Première ascension :J. Besora, X. Besora et R. Castellvi en 1982, rééquipée en 1999 par l’école militaire de montagne de Jaca.

Accès voiture :De France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Suivre la N230 jusqu’à Puente de Montanana où l’on prend à gauche en direction de Tremp sur la C1311. En arrivant sur la C13, prendre à droite en direction de Balaguer. Après environ 13 kilomètres, on entre dans le défilé des Terradets. Il est également possible à Pont de Suert de rejoindre Tremp via Pobla de Segur. On trouve un grand parking au niveau de la fontaine de Bagasses à droite juste après avoir longé la paroi.

Accès pédestre :Evident. Depuis le parking de la fontaine, remonter le long de la route en direction de la falaise. Traverser la rivière sur le pont en pierres. A droite, une dalle équipée d’un câble suivi d’un pierrier permettent d’accéder à la voie ferrée que l’on suit vers la droite. On passe à l’intérieur d’un tunnel, juste à sa sortie prendre à droite pour passer au-dessus et ainsi atteindre le pied de la voie qui se situe à l’extrémité gauche d’un grand filet métallique qui évite les chutes de pierres sur la voie ferrée, 5 minutes.

Descente :Du dernier relais, continuer à droite sur la fausse vire équipée d’un câble. Un sentier bien marqué débute à son extrémité et permet de rejoindre la route, (30 minutes).

Difficultés :6b max., 5+/6a oblig., un court passage d’A0 pour franchir un petit toit. L’itinéraire est très direct et évident.

Equipement :La voie est très bien équipée sur gougeons aux relais et dans les longueurs. Seule la dernière longueur commune avec Supertramp et Tutti frutti peut nécessiter l’utilisation d’un ou deux friends.

Matériel :14 dégaines plus les relais, 2 friends moyens pour la dernière longueur. Encordement à 50 mètres.

Hauteur de la voie :225 mètres pour 5 longueurs.

Descriptif :L’itinéraire est évident, il n’y a qu’à suivre les gougeons. Il faut désormais traverser 5 mètres sur le filet métallique pour trouver l’attaque (gougeons visibles).

Horaire :2 heures 30 pour la voie.

Topo :Terradets de Luis Alfonso et Xavier Buxo. Editions super crack

Où dormir :Auberge à Cellers, bon marché et il possible de trouver tous les topos de la région. Possibilité de se faire à manger ou de prendre la demi-pension.

9 octobre, 2010

ANTIKRESTA AU PIC DE SAN CUGAT (07 octobre 2010)

Classé dans : — topospyreneens @ 20:22

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Ribagorça, face Sud du pic inférieur de San Cugat

Voie « Antikresta »

Il s’agit de la plus récente du secteur (2009). Après une première partie typique de San Cugat : jardins, manque de continuité malgré une magnifique 5ème longueur, la seconde partie réserve une escalade de toute beauté, plutôt raide et avec beaucoup d’ambiance. En résumé, elle fait partie des voies à ne pas manquer dans cette vaste et haute face Sud. Comme toujours le rocher est un régal de sculpture et d’adhérence.

101007antikrestasancugat011.jpg

Antikresta
Album : Antikresta

4 images
Voir l'album
 

Première ascension : Sidarte Gallego, et Luis Alfonso en février 2009.

Accès voiture :En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert et longer le lac d’Escales. Le pic de San Cugat se situe juste après le barrage sur la gauche. Prendre la direction du village de Sopeira et prendre à gauche avant de rentrer dans celui-ci en direction du pont au pied des parois. Parking juste avant le pont.

Accès pédestre :Bien repérer l’attaque et l’itinéraire depuis le village de Sopeira. Traverser le pont et prendre à droite vers la centrale électrique. Juste avant celle-ci, remonter un couloir d’éboulis à gauche pendant 5 minutes. La voie débute à droite d’un V caractéristique. La première longueur est couchée et navigue entre la végétation (gougeon visible).

Descente :De R11 ou du sommet de l’aiguille désescalader au mieux (II, rocher moyen) vers l’Est en direction d’un col. Descendre droit dans l’axe du col dans une dépression végétative (sente) jusqu’à un rappel de 60 mètres. Au pied traverser à droite (falaise dans le dos) pour retrouver R7bis. On trouve un peu en-dessous le départ de la via ferrata qui ramène au pied de la paroi. Compter 45 minutes jusqu’à la voiture.

Itinéraire :L’itinéraire est évident. R1 se situe sur la vire au sommet de la première lame calcaire. L3 : commencer par descendre de quelques mètres derrière la lame. R3 peut se shunter en gérant le tirage avec quelques mètres de corde tendue. Dans la 6ème longueur, il y a un relais intermédiaire à la fin de la traversée à droite juste après un énorme bloc, il vaut mieux relayer plus haut au pied de la dalle en 6a+. A R7, une corde fixe puis une vire permet de rejoindre R7bis (60 mètres). De R11, on peut descendre directement à droite ou monter au sommet de l’aiguille (pas de relais en haut).

Difficultés :6c maximum, 6a obligatoire. On grimpe majoritairement en dalle avec de courts passages plus raides. La voie est très bien équipée. Le rocher est excellent avec de courts passages un peu sale.

Equipement :La voie est entièrement équipée et ne nécessite pas l’utilisation de friends ou coinceurs.

Matériel :21 dégaines plus les relais, 12 suffisent sauf pour la 8ème longueur. Rappel de 60 mètres indispensable.

Hauteur de la voie :450 mètres pour 11 longueurs.

Horaire :4 heures.

Topo :Cette voie récente ne figure pas dans le topo « Roca caliente en los pirineos » (vol. 1) de Luis Alfonso et Xavier Buxo. Cependant il peut aider pour la situation de la voie dans la paroi.

24 juin, 2010

MATI D’HIVERN A COLLEGATS (07 juin 2010)

Classé dans : — topospyreneens @ 20:34

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Région de la Pobla de Segur, congost de Collegats,

paroi de la Figuereta, face Est

Voie : Mati d’hivern

Très belle petite voie raide et plus soutenue que ne le laisse présager les cotations. Elle permet de visiter une autre paroi du défilé de Collegats. Le rocher est partout excellent, l’escalade est très athlétique, l’itinéraire franchissant plusieurs zones surplombantes. Seule petite ombre au tableau, la proximité de la route qui serpente 50 mètres sous la falaise.

Topo mati d'hivern

Mati dhivern
Album : Mati d'hivern

5 images
Voir l'album

Première ascension :R. Bresco et A. Fontdevilla le 27 décembre 1992.

Accès voiture :En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert et juste à la sortie, prendre à gauche la direction de Pobla de Segur. Traverser Pobla en direction de Sort. Quelques kilomètres plus loin, se garer sur la droite sur l’aire de la fontaine de la Figuereta juste à l’entrée du défilé et peu avant le premier tunnel.

Accès pédestre :Continuer à pied dans la même direction le long de la route, la traverser juste avant le tunnel et monter rive droite du barranc de Sant Péré sur des dalles emcombrées d’éboulis jusqu’au pied de la paroi de la Figuereta. La suivre vers la gauche, passer un profond couloir végétatif, la voie débute juste à sa gauche à l’aplomb d’une trainée grise caractéristique (spit visible), 10 minutes.

Descente :Monter légérement au-dessus du dernier relais puis traverser à droite pour rejoindre un large éperon que l’on suit jusqu’à trouver un relais de rappel un peu caché sous un bloc sur la droite de l’éperon. Un rappel de 50 mètres ramène dans le couloir végétatif que l’on croise durant l’approche, 20 minutes.

Difficultés :6a max et obligatoire et une dizaine de mètres d’artif équipé raide mais ne nécessitant pas d’étrier. La voie est soutenue, toutes les longueurs sont physiques. Aucun problème d’itinéraire.

Equipement :La voie est entiérement équipée en spits de 8 mm, un peu d’engagement dans la 3ème longueur.

Matériel :10 dégaines plus les relais. Friends et coinceurs inutiles.

Hauteur de la voie :115 mètres. 4 longueurs.

Horaire :2 heures.

Topo : « Collegats, Baix Pallars / Conca de Dalt » de M. Ollé, M. Orfila et A. Ballart.

Où dormir :Auberge à Cellers. C’est un peu loin (30 minutes en voiture), mais elle est bon marché et il possible de trouver tous les topos de la région. Possibilité de se faire à manger ou de prendre la demi-pension.Camping à l’entrée du défilé de Collegats sur la commune de Pobla de Segur.

 

123

Media Basket |
Avenir Sportif de Kasserine |
rastafariteam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | il court il court l'échassi...
| Comité Départemental de Spé...
| Qi Gong et arts internes de...