Topos versant espagnol

  • Accueil
  • > Recherche : vielha tunnel

9 octobre, 2018

Cistus Albidus à Montrebei (Aragon), 01 octobre 2018

Classé dans : — topospyreneens @ 21:05

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Montrebei, paroi d’Aragon,

Cistus Albidus, 6a (5+ oblig.) / 470 m.

Un peu à l’image de sa proche voisine « Santiago Domingo », il s’agit d’un voyage sinueux qui cherche les faiblesses de la paroi pour parvenir au sommet sans rencontrer de grosses difficultés. Elle est par contre un peu plus soutenue. La première partie n’est pas très enthousiasmante, il faut aller chercher plus haut le meilleur rocher et le plaisir de s’insinuer au milieu des toits rouges du haut de la paroi. Les trois dernières longueurs sont vraiment un régal et le cheminement très astucieux.

18-11-01 Cistus Albidus

Première ascension : Emilio Albir, Joan Badia, Jordi Lalueza et Josep E. Paul en 1983. Rééquipée en 2010 par Sidarta Gallego et Luis Alfonso.

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert puis Puente de Montanana. Poursuivre sur la N230, à environ 10 km prendre à gauche vers Viacamp puis le piste vers Montfalco que l’on suit sur une dizaine de kilomètres. Se garer sur un petit parking à droite (place pour 3 voitures) en face d’une piste en mauvais état qui part sur la gauche (panneau en bois indiquant Montfalco à 3 kilomètres).

Accès pédestre : Prendre la piste en mauvais état qui part en face du parking, elle est rapidement fermée par une chaîne. Dans la première courbe à droite, quitter la piste pour prendre à gauche une sente assez bien marquée et très bien cairnée qui monte plus ou moins directement vers la paroi. On vient buter sur la falaise que l’on suit vers la droite d’abord en ascendance puis en descente le long de la paroi. Le départ de la voie se situe à l’aplomb de grands toits rouges, « CA » gravé. Compter 1 heure de la voiture.

Description des longueurs :

L1 : 4+/50 m. Partir au-dessus de l’inscription CA, franchir deux vires pour gagner une fissure en ascendance à droite que l’on suit. Lorsqu’elle se perd, continuer vers un arbuste derrière lequel on trouve le relais sur deux pitons.

L2 : 4/40 m. Franchir le dièdre peu marqué à gauche pour arriver sur une vire que l’on suit vers la gauche (1 spit) jusqu’à un relais sur une lunule et un piton.

L3 : 6a/40 m. En ascendance à gauche vers une écaille visible du relais. Gravir le mur à gauche (2 pitons, 2 spits), puis en ascendance à droite jusqu’à un relais sur deux pitons.

L4 : 4+/30 m. En ascendance vers la droite en direction de la base d’un dièdre (1 spit). Relais au pied du dièdre à côté d’un gros bloc, 1 piton en place à renforcer.

L5 : 5/35 m. Partir à droite du gros bloc et gravir la dalle en ascendance à droite (2 pitons) en direction d’un arbuste à partir duquel on repart à gauche. Passer un relais et continuer à suivre la vire vers la gauche jusqu’au pied d’un dièdre. Relais sur friends.

L6 : 5+/30 m. Gravir le dièdre peu visible du relais (3 pitons), passer le relais sous le toit (peu confortable) et continuer en franchissant le toit par la gauche. En sortir à droite et faire relais sur un genévrier et un piton.

. L7 : 5/45 m. Remonter une fissure (2 pitons) jusque sous un toit, traverser à droite jusqu’au pied d’une belle fissure que l’on gravit en dulfer. R7 sur une vire, 1 spit.

L8 : II/20 m. Suivre la vire vers la gauche, relais sur un spit.

L9 : III/40 m. Continuer à suivre la vire herbeuse vers la gauche. Relais sur un arbre.

L10 : 5/35 m. En ascendance à gauche, peu défini, succession de petits dièdres et de vires. Relais sur une vire, 1 spit et 1 piton. Possibilité de s’échapper vers la sortie de Santiago Domingo.

L11 : 6a/35 m. Dans l’axe du relais en gravissant un dièdre orangé peu marqué. On trouve un piton à son sommet, traverser en légère descente vers la droite jusqu’à dièdre bien marqué que l’on gravit jusqu’à une niche. Relais sur 2 spits.

L12 : 5/30 m. En traversée à droite toujours en légère ascendance (1 piton, 1 spit), traverser une énorme écaille décollée. Relais sur deux spits.

L13 : 5+/35 m. Gravir la fissure large dans l’axe du relais jusqu’à un gros genévrier qui aide à franchir un mur raide. Un dernier petit mur à droite d’un surplomb donne accès au sommet. Relais sur arbre.

Descente : A pied, du sommet de la voie, monter vers le sommet à gauche en suivant le bord de la falaise (sente peu marquée, quelques cairns). Au sommet, on trouve un signal géodésique où l’on rejoint un meilleur sentier très bien balisé en jaune et blanc. Le suivre jusqu’à un col où l’on trouve un panneau en bois indiquant Estall. Prendre le bon sentier plein Sud qui descend vers ce village. On le quitte à mi-pente pour prendre un sentier qui part à gauche (cairns) et qui ramène au parking. (1 heure à 1 heure 30 jusqu’à la voiture).

Difficultés : 6a max, 5+ oblig. Les longueurs les plus soutenues sont les trois dernières plus raides en dièdres et fissures. La voie se protège très bien sauf dans les zones faciles parfois un peu engagées.

Equipement : La voie est peu équipée, presque tous les relais sont en place, parfois à renforcer et certains à monter sur friends. On trouve quelques pitons, spits et goujons de passage.

Matériel : 10 dégaines dont des longues, un jeu de friends complet, micros jusqu’au camalot n°4 (utile dans la dernière longueur), un jeu de coinceurs, sangles, les pitons ne sont pas utiles. Un encordement à 50 mètres paraît bien adapté. Avec 60 mètres et un peu de corde tendue, on peut sauter quelques relais en faisant attention au tirage car la voie louvoie beaucoup.

Hauteur de la voie : 470 mètres pour 13 longueurs. Il ne s’agit pas de la hauteur de la paroi mais du développé.

Horaire : 5 à 6 heures d’escalade.

Topo : Montrebei de Luis Alfonso.

22 novembre, 2016

Fanal nocturn à Ager (19 novembre 2016)

Classé dans : — topospyreneens @ 20:20

Sierra de Montsec, Ager,

paroi de Cap del Ras, face Sud,

« Fanal nocturn » TD/270 m, 6a+ max, 6a oblig.

Nous n’avons pas été déçus par cette plus ou moins classique de la paroi de Cap del Ras. Pour la voie, toutes les longueurs sont belles, le rocher de très bonne qualité avec des longueurs qui font penser à Villanova, sur un beau calcaire à franges. L’équipement (spits de 8 mm) est bien pensé et laisse la place à la pose de quelques friends et coinceurs.

16-11-19 fanal nocturn à Ager

Première ascension : S. Torrente, R. Isas, et R. Artigas en décembre 1996.

Accès voiture : De France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Suivre la N230 jusqu’à Puente de Montanana où l’on prend à gauche en direction de Tremp sur la C1311. En arrivant sur la C13, prendre à droite en direction de Balaguer. Passer le défilé des Terradets puis prendre à droite jusqu’à Ager. Dans le village, prendre à droite la route qui longe le cimetière en direction du col d’Arès. Après quelques kilomètres, prendre à droite la piste en direction du refuge de Colobo. Juste après prendre la piste à gauche qui suit la base des parois. On passe à l’aplomb des antennes et d’un profond couloir. Se garer peu après, il n’y a pas vraiment de point caractristique, le mieus est de repérer la voie et de se garer à l’aplomb.

Accès pédestre : Evident. Gagner le pied de la paroi en suivant une vague sente entre pins et éboulis. La voie débute au niveau d’un large éperon qui descend assez bas. Le nom est gravé au pied, spits visibles (15 minutes).

Descente : Du sommet de la voie, suivre la crête vers la droite. Peu avant d’arriver à un très vaste col, repérer sur la droite une vire cairnée en contrebas de la crête (versant Sud). On la suit (cairns) jusqu’à un couloir qui permet de rejoindre la piste (45 minutes).

Itinéraire :

L1 : franchir le mur raide (6a+, 5 spits) puis suivre le large éperon en rocher plus moyen, relais sur goujons.

L2 : en ascendance à droite pour remonter un mur plus raide (2 spits), relais sur 2 spits.

L3 : petit surplomb au-dessus du relais (spit) puis traverser à gauche jusqu’à la base d’un dièdre. Le gravir jusqu’à un arbuste et le quitter pour terminer sur l’éperon de droite, relais sur 2 spits.

L4 : d’abord un mur raide jusqu’à une fissure (3 spits) puis un surplomb (1 spit, 1 piton) puis une dalle en ascendance à gauche (1 spit), relais sur 2 spits.

L5 : suivre une rampe à droite puis un dièdre très ouvert (3 spits, 1 piton) pour terminer par une courte dalle.

L6 : succession de gradins vers la droite jusqu’à 1 spit (« AA » gravé, franchir la dalle au-dessus (1 spit) puis à nouveau des gradins jusqu’à une large vire. Relais sur 2 spits « Fanal nocturn 1996 » gravé.

L7 : Le dièdre ouvert juste à gauche du relais qui se termine par une fissure végétative (5 spits). Traverser à droite au niveau de la vire jusqu’à un spit où l’on fait relais (à compléter).

L8 : traverser à l’horizontale vers la droite jusqu’à un spit puis remonter le dièdre juste à sa droite. Pas de relais en sortie.

Difficultés : 6a+ max, 6a oblig., la voie est peu soutenue.

Equipement : Equipement de l’ouverture sur spits de 8 mm dans les passages difficiles, rien ailleurs.

Matériel : 10 dégaines plus les relais. Un petit jeu de friends jusqu’au camalot n°2, un jeu de coinceurs, sangles. Encordement à 50 mètres.

Hauteur de la voie : 270 mètres. 8 longueurs.

Altitude sommet : 1700 mètres

Horaire : 3 à 4 heures pour la voie.

Topo : Montsec Oeste de Luis Alfonso et Xavier Buxo.

Où dormir : Camping à Ager.

Auberge à Cellers, bon marché et il possible de trouver tous les topos de la région. Possibilité de se faire à manger ou de prendre la demi-pension.

16 novembre, 2015

Arête Troche à Collegats

Classé dans : — topospyreneens @ 14:56

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Collegats, secteur de l’Argenteria,

Los Llaques (1100 m), face Est,

« Arête Troche » (TD/560 m, 6b+ max, 5+ oblig.)

Bien que discontinue, l’escalade est très belle sur un très beau calcaire gris bien sculpté. L’ambiance est réduite du fait des zones moins raides traversées. Bien que moins dure, la seconde partie parcourt une jolie arête avec une belle ambiance et on grimpe tout le temps.

15-11-06 arête Troche à Collegats

Première ascension : Miguel Parra en solitaire en avril 1991.

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert et juste à la sortie, prendre à gauche la direction de Pobla de Segur. Traverser Pobla en direction de Sort. Quelques kilomètres plus loin, on entre dans le défilé de Collegats. Se garer juste à la sortie du deuxième tunnel.

Accès pédestre : Descendre le long de la Noguera Pallaresa en empruntant la vieille route sur environ 300 mètres. On passe au pied d’une école d’escalade pour arriver au pied d’un petit vallon d’éboulis. Quitter la route et remonter ce vallon (quelques cairns) jusqu’à l’attaque caractérisée par un pilier gris bien individualisé (30 minutes).

Descente : Du dernier relais, partir en ascendance à gauche jusqu’à un col bien marqué. De l’autre côté, un bastion rocheux se contourne par la gauche (main courante). Une vague sente permet de continuer à flanc vers le Sud. Passer un éperon, descendre dans une dépression et continuer à flanc jusqu’à un éperon mieux marqué. Descendre alors vers l’Est, contourner une petite barre rocheuse par la gauche (cairn) et continuer sur l’éperon qui mène au départ de la descente chaînée commune à toutes les voies de la paroi du Pesso. Après les câbles un bon sentier amène à la route peu après la sortie du premier tunnel, emprunter la vieille route de long de la Noguera pour retrouver la voiture (1 heure 30).

Itinéraire :

L1 : 6a, 50 m Suit le fil de l’éperon.

L2 : 5+, 40 m Toujours plus ou moins sur le fil de l’éperon.

L3 : 4, 45 m Rejoindre le fil de l’éperon, basculer à droite dans une zone végétative, franchir un petit mur. Relais sur une bonne vire (1 piton à compléter).

L4 : 6a+, 25 m Départ sur les pieds puis court mur à petites prises puis une zone plus couchée jusqu’au relais sur deux spits. Il est plus confortable de monter une dizaine de mètres au-dessus pour faire relais sur arbre.

L5 : 4+, 60 m Rejoindre l’éperon à gauche et le suivre en passant à gauche d’un petit surplomb. Relais sur une bonne vire.

L6 : 6a, 20 m Traverser à droite sur la vire jusqu’à un mur raide que l’on franchit d’abord vers la gauche puis vers la droite en franchissant un petit toit. Relais suspendu.

L7 : 6b+, 60 m Le clou du spectacle. Dans l’axe le long d’une succession de fissures (5), Un pas plus athlétique permet de rejoindre la base d’un dièdre (6a). Le suivre pour accéder à une dalle sur la droite (6b+) puis légèrement vers la gauche en direction d’un gros arbre.

L8 à L11 : Ensemble de 5 en suivant le fil de l’arête avec un passage plus dur (5+/6a) protégé par un spit et un piton dans un mur plus raide.

L12 : 5, 55 m Monter de quelques mètres sur le fil puis traverser franchement à droite sous un toit. Un système de fissures mène au dernier relais sur un arbre.

Difficultés : 6b+ max, 6a obligatoire. La voie est peu soutenue, l’itinéraire peu compliqué à suivre. Le rocher est bon à l’exception de courts passages.

Equipement : La voie est partiellement équipée en spits et goujons de 8 mm. On rajoute finalement assez peu sauf dans les longueurs les plus faciles.

Matériel : 12 dégaines, un jeu complet de friends jusqu’au camalot n°2, un jeu de coinceurs. Encordement à 60 mètres.

Hauteur de la voie : 560 mètres. 12 longueurs.

Altitude sommet : 1100 mètres

Horaire : 4 à 6 heures.

Topo : Collegats (Baix Pallars / Conca de Dalt) de A. Ballart, M. Ollé et M Orfila.

Où dormir : Auberge à Cellers. C’est un peu loin (30 minutes en voiture), mais elle est bon marché et il possible de trouver tous les topos de la région. Possibilité de se faire à manger ou de prendre la demi-pension.

Camping à l’entrée du défilé de Collegats sur la commune de Pobla de Segur.

29 juillet, 2015

Brothers Ruiz à la Pala Alta

Classé dans : — topospyreneens @ 10:43

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Mont-Roig, secteur de Camarasa,

Pala Alta (950 m),

Brother Ruiz TD/120 m

Une autre grande classique du secteur de la Pala Alta. Son esthétisme et son équipement généreux l’ont rapidement converti en un itinéraire très populaire. Le rocher est très joliment sculpté et excellent avec une mention spéciale pour la dernière longueur. Elle passe à l’ombre en milieu d’après-midi.

DSC04659

Première ascension : J.L Ruiz, J. Gutierrez et F. Martinez en novembre 1991.

Accès voiture : De France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Rejoindre Tremp soit par Puente de Montanana soit par la Pobla de Segur. Continuer au Sud, passer le défilé des Terradets et prendre à droite vers Ager. Continuer sur la C12 jusqu’à Les Avellanes où l’on prend à gauche jusqu’à Villanova de la Sal. Du village, suivre les panneaux indiquant « Ermita de Montalegre ». le plus simple est de se garer à l’hermitage.

Accès pédestre : De l’hermitage, suivre le bon sentier sur la crête vers l’est. Après 5 minutes, quand le sentier remonte, suivre une sente cairnée à droite qui descend rapidement à la piste en contrebas qui suit la base des parois. Suivre cette piste pour passer sous le dièdre Blanqueta, un peu après on passe sous de grands toits rouges. La voie débute dans les dalles sous les toits.

Descente : Du sommet, partir à gauche sur la crête pour rejoindre le sommet de la Pala Alta, suivre alors une sente sur le flanc droit de la crête, elle ramène à l’hermitage en une trentaine de minutes.

Difficultés : TD, 6a max., V+ obligatoire. L’itinéraire est évident.

Equipement : La voie est très bien équipée sur gougeons aux relais et dans les longueurs.

Matériel : 14 dégaines plus les relais.

Hauteur de la voie : 120 mètres pour 4 longueurs.

Descriptif : L’itinéraire est évident, il n’y a qu’à suivre les gougeons. Dans L3, ne pas relayer au pied du dièdre qui borde à droite les grands toits mais continuer de traverser à droite. Dans L4, ne pas partir au-dessus du relais mais dans le dièdre à droite.

Altitude sommet : 950 m.

Horaire : 2 heures pour la voie.

Topo : Guia d’escalada al Mont-Roig de Jordi Marmolejo et Joan Escuer.

Dièdre Blanqueta à Mont-Roig

Classé dans : — topospyreneens @ 10:06

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Mont-Roig, secteur de Camarasa,

Pala Alta (950 m),

Dièdre Blanqueta, TD-/125 m

La grande classique du secteur, elle sort très près du sommet du point culminant de Mont-Roig. L’escalade est très variée en dalle, dièdre et fissures, le tout sur un rocher irréprochable. Quelques friends faciles à poser pourront venir compléter l’équipement en place.

DSC04639 copy

Première ascension : X. Garreta, E. Valenti, E. Bachs et X. Martinez le 20/05/1971.

Accès voiture : De France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Rejoindre Tremp soit par Puente de Montanana soit par la Pobla de Segur. Continuer au Sud, passer le défilé des Terradets et prendre à droite vers Ager. Continuer sur la C12 jusqu’à Les Avellanes où l’on prend à gauche jusqu’à Villanova de la Sal. Du village, suivre les panneaux indiquant « Ermita de Montalegre ». le plus simple est de se garer à l’hermitage.

Accès pédestre : De l’hermitage, suivre le bon sentier sur la crête vers l’est. Après 5 minutes, quand le sentier remonte, suivre une sente cairnée à droite qui descend rapidement à la piste en contrebas qui suit la base des parois. Suivre cette piste jusqu’au pied du dièdre bien reconnaissable. La piste passe 30 mètres en contrebas de l’attaque.

Descente : Du sommet, suivre une sente sur le flanc droit de la crête, elle ramène à l’hermitage en une trentaine de minutes.

Difficultés : TD-, V+ max. et obligatoire. L’itinéraire est très direct et évident.

Equipement : La voie est bien équipée sur gougeons aux relais et dans les longueurs. Sans être obligatoires, quelques friends pourront venir compléter.

Matériel : 12 dégaines plus les relais, quelques friends moyens au cas où.

Hauteur de la voie : 125 mètres pour 4 longueurs.

Descriptif : L’itinéraire est évident, il n’y a qu’à suivre les gougeons. La deuxième longueur s’éloigne du dièdre pour emprunter la dalle à sa droite.

Altitude sommet : 950 m.

Horaire : 2 heures pour la voie.

Topo : Guia d’escalada al Mont-Roig de Jordi Marmolejo et Joan Escuer.

26 juillet, 2015

Ribes Sabaté au Cylindre à Sant Llorenç de Montgai

Classé dans : — topospyreneens @ 10:53

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Sierra de Montsec, Sant Llorenç de Montgai,

Paroi du Cylindre, face Sud-Ouest,

Voie Ribes-Sabaté D/100 m

Belle voie plutôt raide pour les cotations qui pourra venir compléter une journée à Sant Llorenç de Montgai. Très bien équipée, elle est à parcourir sans hésiter. Son exposition permettra de profiter ou de se cacher du soleil en fonction de l’horaire choisi.

DSC04732

Première ascension : E. Ribes et E. Sabaté en 1977.

Accès voiture et pédestre : De France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Suivre la N230 jusqu’à Puente de Montanana où l’on prend à gauche en direction de Tremp sur la C1311. En arrivant sur la C13, prendre à droite en direction de Balaguer. Passer le défilé des Terradets, peu après prendre la direction de Balaguer par Camarasa. Juste après ce village, prendre à droite en direction de Sant Llorenç de Montgai. Après 3 kilomètres, on longe la paroi de l’Os et juste après le cylindre bien reconnaissable. Se garer avant d’entrer dans le village, avant un pont, à droite ou à gauche de la route. L’approche est évidente en empruntant le sentier archéologique aménagé (10 minutes).

Descente : Du dernier relais, descendre vers le Nord-Ouest en longeant de loin la paroi. Une sente plonge à l’Ouest pour rejoindre un bon sentier qui ramène à la voiture.

Difficultés : V+ max, V oblig. L’itinéraire est évident.

Equipement : La voie est très bien équipée sur gougeons aux relais et dans les longueurs.

Matériel : 10 dégaines plus les relais. Encordement à 50 mètres.

Hauteur de la voie : 100 mètres pour 4 longueurs. Il est possible de sauter des relais (R2 ou R3 par exemple) en fonction de l’humeur.

Horaire : 1 heure 30 pour la voie.

Topo : Pas de topo édité à ce jour, un très bon article est paru dans la revue Cordée.

Où dormir : Auberge au village de Sant Llorenç de Montgai. Coin cuisine ou possibilité de demi-pension.

11 janvier, 2015

COULOIR DE GAUCHE A LA TALLADA (10 janvier 2015)

Classé dans : — topospyreneens @ 16:57

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Ribagorça, vallon des Mulleres,

Pic del Mig de la Tallada (2752 m), face Nord,

Couloir de gauche, D/500 m

Couloir d’un grand esthétisme, régulier et soutenu, parcouru très régulièrement à juste titre. La Tallada et le Feixant sont deux sommets phares du pyrénéisme hivernal où il est possible de parcourir de belles et longues courses avec des difficultés très variées. L’approche un peu longue et surtout avalancheuse impose d’attendre le bon moment pour rejoindre le pied de ces belles faces Nord.

topo Tallada

Première ascension : Marisa Huguet, Pep Caballé et Josep Maria Fluvia le 13 mars 1983.

Accès voiture : De France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer Vielha puis le tunnel du même nom. Cent mètres après sa sortie Sud, prendre à gauche une bretelle qui conduit à un parking au-dessus de la bouche de l’ancien tunnel en face de bâtiments désaffectés.

Accès pédestre : Une piste démarre au parking même et s’engage sur le plateau du vallon des Mulleres (possibilité de s’avancer un peu avec un 4X4). Au bout du plateau, un sentier cairné monte en forêt jusqu’à un second plateau, la Pleta de Mulleres que l’on traverse. A son extrémité Sud, gravir le couloir juste à droite du petit cirque où se forment des cascades pour rejoindre le plateau à la base et entre la Tallada et le Feixant. Traverser alors vers la gauche en passant à la base du couloir Inserso pour rejoindre le pied du couloir (2 heures trente du tunnel).

Description : Remonter les 100 premiers mètres à 45° jusqu’à une courte étroiture plus raide (10 mètres à 70°). Un peu plus haut, le couloir tourne légèrement vers la droite et devient plus raide (60 mètres à 70°). On trouve un relais sur 3 pitons à sa base, 2 pitons de passage et un piton à la sortie. La pente s’adoucit et on franchit 150 mètres de couloir à 50°. Les 80 derniers mètres sont un plus raides (55°) et peuvent comporter des passages mixtes faciles en fonction de l’enneigement. On débouche sur l’arête Est du sommet Est de la Tallada que l’on suit facilemement jusqu’au sommet en se tenant sur son flanc gauche.

Descente : Quelques mètres à l’Ouest du sommet, on trouve un relais sur un bloc qui permet en un rappel de 25 mètres, de prendre pied dans un couloir en versant Sud. Le descendre facilement de 50 mètres puis suivre vers la droite la base des rochers sans perdre trop d’altitude pour gagner le col de la Tallada. Repasser versant Nord et descendre le couloir qui ramène à l’itinéraire de montée.

Difficultés :D, Couloir-goulotte dont les difficultés pourront varier en fonction des conditions. Inclinaison maximum : 70°, court passage mixte si les conditions sont sèches. Course assez longue dont l’approche commence à être conséquente.

Equipement :Quelques pitons en place, dont quelques relais.

Matériel : 2 broches, un petit jeu de coinceurs et friends en privilégiant les micros, 3 ou 4 pitons, sangles.

Hauteur de la voie : 500 mètres environ + 50 mètres d’arête.

Altitude sommet : 2752 mètres.

Horaire : 3 heures pour le couloir.

Topo : « Pyrénées, courses mixtes, neige et glace » de Francis Mousel aux éditions Franck.

Où dormir : Course parfaitement réalisable à la journée. On pourra aller dormir au refuge gardé de l’hospital de Vielha.

27 octobre, 2014

SANTIAGO DOMINGO A LA PAROI D’ARAGON (19 octobre 2014)

Classé dans : — topospyreneens @ 23:06

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Montrebei, paroi d’Aragon, face Sud,

Santiago Domingo, V+ et A0 (1 pas) / 410 m

Pour plagier la célèbre phrase de J. Séguéla : « si à 50 ans, on n’a pas une Rolex, c’est qu’on a raté sa vie ». Et bien à 42 ans, je n’avais jamais mis les pieds en paroi d’Aragon, je n’avais peut-être pas raté ma vie mais je suis certainement passé à côté de quelques belles escalades. Pour une première visite, notre choix s’est porté sur LA classique des lieux : « Santiago Domingo ». Même si toutes les longueurs ne sont pas exceptionnelles, c’est un très beau voyage, sinueux et qui réserve de belles surprises. Les deux dièdres fissurés sont magnifiques et la dernière longueur très originale. Le rocher est globalement bon à très bon. Un bon début qui donne envie d’aller visiter ses voisines.

14-10-20 Santiago Domingo copy

Première ascension : E. Albir, J. Badia, E. Ruiz et J.E Paul en 1981. Rééquipée en 2007 par E. Albir et L. Alfonso.

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert puis Puente de Montanana. Poursuivre sur la N230, à environ 10 km prendre à gauche vers Viacamp puis le piste vers Montfalco que l’on suit sur une dizaine de kilomètres. Se garer sur un petit parking à droite (place pour 3 voitures) en face d’une piste en mauvais état qui part sur la gauche (panneau en bois indiquant Montfalco à 3 kilomètres).

Accès pédestre : Prendre la piste en mauvais état qui part en face du parking, elle est rapidement fermée par une chaîne. Dans la première courbe à droite, quitter la piste pour prendre à gauche une sente assez bien marquée et très bien cairnée qui monte plus ou moins directement vers la paroi. On vient buter sur la falaise que l’on suit vers la droite d’abord en ascendance puis en descente le long de la paroi. Le départ de la voie se situe à l’aplomb de grands toits rouges, « SD » gravé avec une flèche. Compter 1 heure de la voiture.

Description des longueurs :

L1 : partir directement vers une fissure et une lunule visible (1 piton). Traverser une dalle en ascendance à droite (1 piton) vers une écaille qui repart vers la gauche (2 pitons). Une zone de mauvais rocher (1 piton) donne accès au relais (2 spits).

L2 : monter de quelques mètres en ascendance à gauche jusqu’à une vire que l’on suit horizontalement toujours à gauche jusqu’à un piton peu visible. Franchir le court mur au-dessus (relais visible, 2 spits).

L3 : franchir le petit mur au-dessus du relais vers un arbre, traverser vers la gauche puis en ascendance à droite (1 piton) vers un bombé que l’on franchit (2 spits). Continuer toujours en légère ascendance à droite puis droit en direction de la base d’un dièdre (2 pitons de relais). Contourner la base du dièdre par une dalle jusqu’au relais (1 spit, 1 piton).

L4 : Remonter intégralement le dièdre d’abord par la fissure de gauche puis par son fond (3 pitons). Contourner un surplomb par la droite jusqu’au relais sur un arbre.

L5 : traverser horizontalement vers la gauche sur une vire, passer un relais (1 spit, 1 piton) et continuer vers la gauche sur une corniche (2 pitons) jusqu’au pied d’un dièdre, relais sur 2 spits.

L6 : Remonter le dièdre fissuré (2 pitons dans le haut), en sortir par la droite pour atteindre une vire, relais sur deux spits légèrement à gauche.

. L7 : Partir dans la dalle à gauche d’un petit éperon (exposé) jusqu’à un plomb puis la dalle suivante (1 spit visible). Dans l’axe, on rejoint une fissure dans du rocher très travaillé (1 piton au départ). Passer un relais (1 spit, 1 piton) pour rejoindre la large vire sous les surplombs oranges. Relais sur deux spits sur un énorme bloc sur la gauche.

L8 : Suivre la vire sur la gauche, franchir un bloc. Relais sur une vire caillouteuse sur un spit.

L9 : franchir les premiers mètres raides de la cheminée puis facilement le fond jusqu’à son point le plus haut. Franchir alors directement la large faille au-dessus (1 piton) pour se rétablir au sommet du monolithe (relais sur arbuste).

L10 : enjamber la faille pour franchir un court mur qui donne accès au chemin.

Descente : A pied, du sommet de la voie, monter vers le sommet à gauche en suivant le bord de la falaise (sente peu marquée, quelques cairns). Au sommet, on trouve un signal géodésique où l’on rejoint un meilleur sentier très bien balisé en jaune et blanc. Le suivre jusqu’à un col où l’on trouve un panneau en bois indiquant Estall. Prendre le bon sentier plein Sud qui descend vers ce village. On le quitte à mi-pente pour prendre un sentier qui part à gauche (cairns) et qui ramène au parking. (1 heure à 1 heure 30 jusqu’à la voiture).

Difficultés : 5+ max. et oblig, 1 pas d’A0. Les longueurs les plus soutenues sont des dièdres raides, pour le reste ce sont des longueurs plus décousues peu soutenues. Les passages les plus raides se protègent très bien, les longueurs plus faciles peuvent parfois comporter un peu d’engagement.

Equipement : La voie est peu équipée, avec 2 points à tous les relais (dont au moins un gougeon) et quelques pitons dans les longueurs.

Matériel : 10 dégaines dont des longues, un jeu de friends complet de l’alien vert au camalot n°3 en doublant éventuellement le n°1 et le n°2, un jeu de coinceurs, sangles, les pitons ne sont pas utiles. Un encordement à 60 mètres paraît bien adapté.

Hauteur de la voie : 410 mètres pour 9 grandes longueurs.

Horaire : 4 à 5 heures d’escalade.

Topo : Montsec oeste de Luis Alfonso et Xavier Buxo.

22 septembre, 2014

TOPE CLASSIC A LA PAROI D’AGER (20 septembre 2014)

Classé dans : — topospyreneens @ 15:58

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Sierra de Montsec, village d’Ager, paroi de Cap del Ras,

face Sud,

Tope classic (TD/275 m)

Nous n’avons pas été déçu par cette classique (comme son nom l’indique) de la paroi de Cap del Ras. Pour la voie, toutes les longueurs sont belles, le rocher de très bonne qualité avec des longueurs qui font penser à Villanova. Les zones les plus fracturées semblent avoir été bien purgées. On regrettera peut-être les vires du haut de la voie qui viennent casser un peu l’ambiance. La voie a été entièrement rééquipée en gougeons de 12. Nous avons utilisé le camalot n°1 et l’alien gris dans L3 ainsi qu’un gros coinceur pour l’A1 de L7. La dernière longueur se situe juste à droite d’un énorme bloc accolé, côtée V+, le premier pas nous a paru bien difficile…

Tope classic

Première ascension : J.Freixes, J. Tejada, et M. Pedro en 1990.

Accès voiture : De France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Suivre la N230 jusqu’à Puente de Montanana où l’on prend à gauche en direction de Tremp sur la C1311. En arrivant sur la C13, prendre à droite en direction de Balaguer. Passer le défilé des Terradets puis prendre à droite jusqu’à Ager. Dans le village, prendre à droite la route qui longe le cimetière en direction du col d’Arès. Après quelques kilomètres, prendre à droite la piste en direction du refuge de Colobo. Juste après prendre la piste à gauche qui suit la base des parois. On passe à l’aplomb des antennes et d’un profond couloir. Se garer peu après au niveau d’un couloir moins marqué presque à l’aplomb de la voie.

Accès pédestre : Evident. Gagner le pied de la paroi en suivant le raide couloir sur sa rive gauche (15 minutes). La voie débute à droite de l’aplomb d’un immense toit triangulaire (TC et flèche gravée peu visible).

Descente : Du dernier relais, gagner la crête que l’on suit vers la droite. Peu avant d’arriver à un très vaste col, repérer sur la droite une vire cairnée en contrebas de la crête. On la suit (cairns) jusqu’à un couloir qui permet de rejoindre la piste (45 minutes).

Itinéraire : Il ne pose pas de problème. Cependant, L1 suit un dièdre à gauche d’un vague éperon (lunule au départ puis un gougeon très haut), relais facultatif sur l’éperon, il vaut mieux monter 10 mètres de plus jusqu’au pied du mur suivant. Pour L3, monter en ascendance à droite (2 pitons non visibles) sur des dalles jusqu’à une fissure qui mène au relais. L8 se situe dans un mur juste à droite d’un énorme bloc accolé (départ un peu engagé).

Difficultés : 6b+ max, V+/6a oblig., la voie est raide et assez soutenue.

Equipement : Rééquipée récemment en gougeons de 12 aux relais et dans les longueurs. Il reste quelques pitons dans L3.

Matériel : 14 dégaines plus les relais. Le camalot rouge n°1, l’alien gris, un jeu de coinceurs, sangles. Etrier inutile. Encordement à 50 mètres.

Hauteur de la voie : 275 mètres. 8 longueurs.

Altitude sommet : ?

Horaire : 3 à 4 heures pour la voie.

Topo : Montsec Oeste de Luis Alfonso et Xavier Buxo.

Où dormir : Camping à Ager.

Auberge à Cellers, bon marché et il possible de trouver tous les topos de la région. Possibilité de se faire à manger ou de prendre la demi-pension.

10 novembre, 2013

DAVID GARCIA A SAN CUGAT (07 novembre 2013)

Classé dans : — topospyreneens @ 18:21

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Ribagorça, défilé d’Escales,

contrefort du pic de San Cugat, face Sud,

Voie David Garcia, 6b/275 m

Cet itinéraire, situé juste à gauche de « Romel » et « Cosa », n’a pas rencontré le même succès. Pourtant l’escalade y est très belle et assez variée avec malheureusement un jardin à traverser en deuxième longueur.

DAVID GARCIA A SAN CUGAT (07 novembre 2013) topo-david-garcia-a-san-cugat-300x225

Première ascension : Ancien projet terminé au printemps 2006 par Dani martin, Sebas Liendo, Laura Parejo et Primo Neich

Accès voiture : En venant de France, passer la frontière à Fos et continuer pour passer le tunnel de Vielha. Continuer sur la N230 en direction de Lleida, passer Pont de Suert et longer le lac d’Escales. Le pic de San Cugat se situe juste après le barrage sur la gauche. Prendre la direction du village de Sopeira et continuer tout droit jusqu’au pont qui franchit la rivière au pied des falaises, parking.

Accès pédestre : Traverser le pont et prendre à droite. Emprunter une vire rocheuse en ascendance à droite 50 mètres après le pont et juste avant un couloir d’éboulis. On la suit sur une cinquantaine de mètres jusqu’au pied d’une dalle caractéristique. Spits visibles dans la dalle (5 minutes). Quelques moulinettes ont été équipées en 2007 dans les dalles juste à gauche du départ de la voie.

Descente : du dernier relais de la voie, suivre l’arête effilée vers la droite sur une cinquantaine de mètres (III), on croise plusieurs relais de sortie de voies. On arrive à une brèche, on trouve un relais de rappel sur le versant opposé quelques mètre sous l’arête. Faire le rappel de 40 mètres qui mène à une sente qui descend raide dans un couloir d’éboulis jusqu’à la route (30 minutes).

Difficultés : 6b maximum, 6a+ obligatoire. Elles sont surtout concentrées dans les 2 dernières longueurs en dalle sur un calcaire ocre parfait.

Equipement : voie équipée en gougeons de 10 mm dans les longueurs et aux relais. Toutes les zones fissurées laissent la place à l’utilisation des friends.

Matériel : 9 dégaines plus les relais. Prévoir un petit jeu de friends jusqu’au camalot n°3. Encordement à 50 mètres.

Hauteur de la voie : 275 mètres, 5 longueurs.

Horaire : 2 à 3 heures.

Topo : Roca caliente en los pirineos (vol. 1) de Luis Alfonso et Xavier Buxo.

123456

Media Basket |
Avenir Sportif de Kasserine |
rastafariteam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | il court il court l'échassi...
| Comité Départemental de Spé...
| Qi Gong et arts internes de...